Le trésor de Louis XVI

 

 Et si nous partions à la recherche du trésor de Louis XVI ? Encore une énigme non élucidée plus de deux siècles plus tard !

 

Le trésor de Louis XVI est-il à Stenay, Montmédy, Thonnelle, Marville ?
Ou bien ailleurs ? 

 

D’après « La Lorraine de l’étrange »

 

Le trésor de Louis XVI dans Légendes de Lorraine Louis-XVI-115x150Stenay : Le 20 juin 1791, la veille de sa fuite, Louis XVI s’était fait précédé de deux voitures. L’une transportait le trésor royal, et deux millions de livres en or et assignats de sa liste civile. L’autre emmenait Léonard, le perruquier de la reine, à qui elle avait confié ses diamants et un coffret de bijoux.

Après un crochet involontaire par Verdun, le coiffeur de Marie-Antoinette arriva, le 22 juin, en même temps que le trésor royal qui avait d’abord été dirigé sur Metz, à Stenay où le marqui de Bouillé avait établi son poste de commandement.

A partir de là, on ne sait trop ce qui se passa. Le trésor fut-il dissimulé sur place à l’annonce de l’arrestation de Varennes ? Ou Bouillé, en se repliant vers l’est, l’emmena-t-il jusqu’à la citadelle de Montmédy où Louis XVI devait faire étape au refuge d’Orval ?

Là, les moines auraient-ils caché le trésor ou l’auraient-ils acheminé ailleurs ?

 

Montmédy : Le général de Bouillé avait choisi, en juin 1791, la citadelle de Montmédy-Haut pour y cantonner quelques 10 000 hommes chargés de la sécurité de la famille royale.

Le roi devait gagner le refuge d’Orval par une porte dérobée donnant à l’arrière sur les caves. C’est là que vint se ranger la voiture de Léonard, perruquier de la reine, qui transportait ses diamants et un coffret à bijoux. Le lendemain, on retrouva l’officier de garde assassiné, et les moines prirent des mesures d’urgence pour sauver le trésor royal.

Selon certains, il repose toujours quelque part dans les galeries souterraines de la citadelle. Plus spécialement au fond d’un grand puits, profond de 82 mètres, que l’on finissait alors de percer pour atteindre une nappe phréatique. Pour d’autres, il aurait été divisé en deux parties. La cassette royale aurait été emmenée sur l’abbaye d’Orval par Thonnelle (Meuse), et les fonds de l’armée de l’Est évacués sur Arlon et Luxembourg par Montquintin ou Marville. Le refuge des moines d’Orval a été par la suite transformé en prison, et la porte, par laquelle le roi devait passer dans les caves, a été murée.

 

Thonnelle : Le château de Thonnelle, situé à la sortie de Montmédy, sur le chemin de l’abbaye d’Orval, aurait été préparé à la demande du marquis de Bouillé, pour servir de relais à Louis XVI, au cas où sa voiture n’aurait pas pu accèder à la citadelle.

On dit que le trésor royal, ou une partie, y aurait été caché. Le château de Thonnelles a été détruit de fond en comble et rasé, mais il reste la possibilité de la vieille église et de la cave qui dépendaient d’Orval.

 

Marville : On dit que le trésor du Roi aurait été transporté par les moines d’Orval de Montmédy au refuge que ces religieux avaient à Marville. Mais on ne sait plus exactement où se trouvait exactement ce refuge d’Orval.

Certains le situent rue des Prêtres, dans un immeuble appelé la « Maison Mathieu », d’autres le voient plutôt dans l’hôtel du « Chevalier Michel » qui possède d’étranges sculptures, peut-être alchimiques, bâti sur la place au coin opposé de l’église Saint-Nicolas.

 

 

 

 


Archives pour la catégorie Légendes de Lorraine

La légende des chiens de l’Abbaye de Chaumousey

 

 

 

D’après « Bulletin de la Société lorraine des études locales dans l’enseignement public » – 1930

 

La légende des chiens de l’Abbaye de Chaumousey dans Anecdotes historiques pittoresques de Lorraine Chien-Terre-neuve-150x106Le père Jacques Phulpin, prieur de l’abbaye, possédait deux magnifiques terre-neuve qu’il avait dressés à toutes sortes d’exercices. Ils se nommaient, l’un César, l’autre Pompée.

C’étaient ces deux chiens qui étaient chargés d’aller à Epinal, à huit kilomètres de là, chercher la viande nécessaire à la nourriture des religieux, chez le boucher Michel, rue des Petites-Boucheries. Ils revenaient toujours fidèlement, portant dans la gueule le panier rempli.

Or, un jour de mai 1870 (le 21, paraît-il), Pompée allant seul à la ville, est attaqué par des chiens affamés. Forcé d’abandonner le panier, il s’en retourne tout sanglant à l’abbaye, fait comprendre à César de le suivre, et les deux braves chiens franchissent en un quart d’heure les huit kilomètres, retrouvent les chiens voleurs, les corrigent d’importance et, leur panier empli à nouveau, s’en retournent tout glorieux à l’abbaye.

Que l’on vienne dire encore que les bêtes n’ont pas d’esprit !

 

 La photo est extraite du site de l’élevage des Bois de la Grotte Fleurie (en Lorraine, bien entendu)

La légende du martin-pêcheur

 

 

D’après « Le folklore de la France. La faune et la flore » – Paul Sébillot

 

Une légende lorraine rattache à un épisode du déluge les belles colorations du martin-pêcheur.

Noé après avoir laché la colombe, charge l’oiseau bleu d’aller voir si la terre reparaissait. Lorsque celui-ci quitta l’arche le matin, il s’éleva un si grand vent, que pour ne pas être précipité dans l’onde, il prit son essor vers le ciel et arriva bientôt dans le bleu du firmament où il n’hésita pas à s’enfoncer : de gris qu’il était auparavant, son plumage se colora de bleu.

Parvenu à une grande hauteur, il vit le soleil qui se levait bien loin au-dessous de lui. Il dirigea son vol de ce côté pour le voir de plus près. Plus il s’en approchait, plus la chaleur devenait vive. Les plumes de son ventre commencèrent même à roussir et à prendre feu. Il se hâta de venir l’éteindre dans les eaux qui couvraient la terre.

La légende du martin-pêcheur dans Légendes de Lorraine Martin-pecheur-2-150x111Mais il eut beau regarder, l’arche avait disparu, parce que Noé l’avait démolie pour en faire une maison et des étables. L’oiseau se mit à appeler Noé, en poussant des cris aigus.

Aujourd’hui encore, on le voit cherchant le long des rives s’il ne retrouvera pas l’arche ou quelques-uns de ses débris. Il a conservé sur la partie supérieure de son corps le plumage bleu de ciel qu’il a acquis dans le firmament, et son ventre est encore tout roussi par suite de l’imprudence qu’il a commise de s’approcher du soleil.

 

 

La princesse métamorphosée en crapaud

 

La princesse métamorphosée en crapaud dans Légendes de Lorraine Crapaud-2-150x92

 

D’après « Revue des traditions populaires » – 1900

 

Il était une fois une riche princesse qui eut le malheur d’offenser une méchante fée. Celle-ci trouva moyen de bannir de la ville son ennemie, et de la changer en crapaud.

La jeune fille métamorphosée sera délivrée par un prince. Mais ce dernier devra être élevé dans un berceau, dont le bois proviendra d’un chêne, planté par l’enchanteresse, et il devra réussir à embrasser trois fois la malheureuse bête, qui, à chaque baiser, grandira d’une manière prodigieuse.

Et le prince n’est pas encore venu. La belle en détresse apparaît tous les sept ans, et l’on entend ses plaintes dans la nuit du 30 avril au 1er mai.

Ceci est raconté aux veillées du village de Morsbach, près de la montagne d’Hérapel.

 

 

Le trou des fées

 

 

D’après la revue « Le Pays Lorrain » en 1912

C’était au temps où le bon roi Louis, neuvième du nom, régnait sur le beau pays de France. Sa domination, si douce aux Français de France, ne s’étendait pas jusque là-bas, aux confins d’Alsace, de Lorraine et de Franche-Comté, dans ces rudes contrées d’où l’on aperçoit la ligne bleue des Vosges.

Rudes contrées, oui, en vérité, que ces montagnes aux sommets arrondis et ces vallées de la Moselle, de la Moselotte et de la Vologne ! La « houille blanche », fournie par les rivières vosgiennes au cours rapide et aux cascades écumantes, n’avait pas encore été utilisée par notre industrieuse civilisation et le grand empereur Charlemagne aurait pu, comme jadis, faire de longues randonnées de chasse à travers les sombres et noires forêts de sapins descendant en amphithéâtre jusqu’au fond des étroites vallées.

Au bord des rivières, de misérables chaumières entourées de quelques arpents d’un terrain rocailleux où poussaient péniblement le sarrazin, l’orge et l’avoine avec lesquelles serfs et vilains fabriquaient le pain noir et l’épaisse bouillie qui constituaient à peu près leur unique nourriture.

Deux paysans chargés de famille, Diaude et Joson vivaient chichement dans une petite bourgade des bords de la Haute-Moselle, au pied du ballon de Servance, non loin de l’endroit où la chaîne des Faucilles vient rejoindre celle des Vosges. Diaude et Joson n’étaient pas des serfs, mais des vilains. Nous ne voulons point dire par là qu’ils étaient riches, ou tout au moins à leur aise. Non par vilains, nous entendons simplement de pauvres laboureurs, propriétaires de leur chaumière et de quelques bouts de terrain péniblement défrichés, à peine suffisants pour les faire vivoter, eux et leur maisonnée.

Et, quand ils avaient acquitté les impôts dus à Monseigneur le duc Ferri, la dîme prélevée par Messire l’abbé du chapitre de Ramonchamp, les nombreuses corvées exigées par l’intendant du seigneur féodal, le sire du Ménil, il leur restait tout juste de quoi ne pas mourir de faim. Quiches et queugnets n’étaient donc point leur lot. Ils ne connaissaient ces succulentes friandises que par oui-dire, pour en avoir entendu parler par les hommes d’armes de Monseigneur le duc Ferri, les jours de ripaille et grande beuverie.

Or donc, par une matinée de printemps de l’an 12.., Diaude et Joson, pieds nus, vêtus de cottes rapiécées et de chausses trouées, s’en allaient labourer leur champ avant d’y semer l’orgis, mélange d’orge et d’avoine. Ils cheminaient lentement, n’échangeant que de rares paroles, comme il convient à de pauvres vilains accablés de soucis, songeant avec inquiétude si, pendant l’été prochain, une querelle entre Monseigneur le duc Ferri et Monseigneur Thibaut de Champagne n’amènerait point par là quelque bataille, dont le plus clair résultat pour eux serait la destruction de leurs récoltes et, peut-être, l’incendie de leur chaumière.

Le trou des fées dans Légendes de Lorraine Localisation-four-des-fees-150x103Arrivés au pied du Haut-de-Lochère, ils se séparèrent et commencèrent leur tâche. Le terrain était rocailleux, crevé çà et là d’énormes roches. L’araire, primitif, avec son soc de bois, l’attelage, composé d’une vache étique et d’un âne poussif, n’avançait qu’à grand renfort de cris et de coups d’aiguillon. Néanmoins, les sillons se creusaient, et, de temps en temps, lorsque les hasards du labourage les ramenaient ensemble à l’extrémité du champ, Diaude et Joson s’arrêtaient un instant, s’asseyaient sur les mancherons de l’araire, rabattaient le capuchon de leur cotte, s’essuyaient le front du revers de leur manche, et, tout en considérant la besogne faite, échangeaient quelques réflexions, coupées de longs silences. Puis, chacun se remettait au travail.

Cependant, le beau soleil de printemps, s’élevant sur l’horizon, avait dissipé les brumes matinales et commençait à darder de chauds rayons. Çà et là, sur les flancs des Ballons, on voyait courir des amas de vapeurs blanchâtres, s’élevant, s’abaissant, s’arrêtant, se confondant parfois avec les fumées bleuâtres des chaumières de la vallée. Ce spectacle grandiose, toujours nouveau, laissait indifférents nos laboureurs.

Tout à coup, Diaude, ayant terminé un sillon, s’arrêta et se mit à examiner un endroit précis de la montagne. C’était autant qu’on pouvait en juger à cette distance une excavation assez profonde, creusée en plein rocher, à quelque huit cents mètres d’altitude.

Four-des-fees-150x111 dans Légendes de LorraineLes gens d’alentour, crédules, prétendaient que cette excavation était hantée, et que fées et sorcières s’y donnaient rendez-vous tous les samedis soirs pour y passer la nuit en sabbats, danses et festins. Personne n’aurait voulu se hasarder dans cet endroit qu’on appelait, en se signant, le « Trou des Fées ».

Notre ami Diaude était convaincu de la toute-puissance des fées, sorcières, diables et sotrés de toute espèce. Qu’y avait-il donc de si remarquable en ce moment au « Trou des Fées » pour occuper si attentivement Diaude et le distraire de son ingrate besogne ?

 

C’est que, précisément de ce Trou, semblaient s’échapper des flocons de fumée, qui, disons-le, n’étaient que des nuages très bas ou des brouillards montant du fond de la vallée. Mais l’âme simpliste de Diaude préférait leur attribuer une origine surnaturelle.

Il interpella Joson : « Eh ! Compère ! M’est avis que Mesdames les Fées sont à cette heure au Trou ».

Joson : « Oui-da, compère. Et qui te fait causer ainsi ? ».

Diaude : « Ne vois-tu pas la fumée s’échapper du Trou ? Il faut donc que Mesdames les Fées y soient, et comme l’heure du dîner approche, ce doit être leur cuisine qui se fait à cette heure ».

Joson, incrédule : « Mais, grand dadais, les fées ne mangent point. Elles n’ont besoin de cuisine. La fumée que tu vois n’est que du brouillard ».

Diaude : « Non, compère. C’est bien de la fumée, et de la fumée de bois, encore. C’est sûrement Mesdames les Fées qui font cuire leur pain pour leur dîner. Et je leur souhaite de grand coeur un bon appétit ».

Joson, raillant : « Oui, niais que tu es, et elles vont pour sûr t’en envoyer un morceau ». (Il éclate de rire).

Diaude : « Ris tant que tu voudras, Joson. C’est mon idée et on ne me l’ôtera pas de derrière la tête. Si cependant Mesdames les Fées, puisqu’elles ont toute puissance, daignaient m’envoyer mon dîner, je les remercierais humblement et ne les oublierais point dans mes prières du matin et du soir ».

Puis, tous deux se remirent à labourer. Joson, narquois, se moquant intérieurement de la naïveté de Diaude, celui-ci, au contraire, peu rassuré, se demandant avec inquiétude quel présage de nouveaux malheurs pouvait être cette fumée surnaturelle qu’il remarquait pour la première fois.

Ils tracèrent un sillon en silence. Arrivés à l’extrémité de leur champ, ils firent faire demi-tour l’attelage pour continuer leur besogne. Mais, avant que le soc de l’araire eût entamé la terre dans la nouvelle direction, ils s’arrêtèrent, ébaubi. Ah ! C’est qu’il y avait de quoi et combien, même avec l’esprit plus cultivé ou plus pondéré, auraient été aussi ahuris que nos laboureurs.

« Miracle, miracle ». En effet, miracle il y avait. Le souhait exprimé quelques instants auparavant par Diaude était exaucé. Dans le dernier sillon tout frais creusé, Diaude et Joson virent (à chacun le sien, n’est-il pas vrai ?) un magnifique « queugnet » doré, appétissant comme une quiche sortant du four, long comme le brochet servi à la table de Monseigneur Ferri le jour du Vendredi-Saint, un vrai queugnet lorrain, enfin !

Et d’où pouvait venir si belle friandise, sinon de Mesdames les Fées, qui l’avaient cuit en même temps que leur pain et l’offraient gentiment aux pauvres laboureurs ?

Mais que faire de ce queugnet, qui certainement était enchanté, étant pétri par une fée, cuit dans un four chauffé sans bois ni charbon, et apporté sans page ni varlet ? Et Diaude et Joson ne furent encore ici du même avis.

Diaude : « Puisque Mesdames les Fées ont la gentillesse de nous envoyer notre dîner, m’est avis d’en profiter, et de le manger, en leur adressant notre plus grand merci ».

Joson : « N’es-tu point fol, ami Diaude, de vouloir manger du gâteau enchanté ? Tu ne sais donc point que les fées ont accointance avec Messire Satan, et le moindre morceau de ce queugnet va te rendre possédé ? ».

Diaude : « Que nenni, Joson. Mesdames les Fées sont trop honnêtes pour vouloir faire misère au pauvre monde que nous sommes. Et s’il leur a plu de nous envoyer le beau queugnet-là, ce n’est point certes pour nous faire arriver malheur. Quant à moi, je vas tout uniment m’asseoir une petite minute et manger un morceau de queugnet. Je prendrai soin de mettre de côté le restant et de le remporter tantôt chez nous, pour que la femme et les petiots en aient leur part ».

Ayant ainsi parlé, Diaude s’assit, tira son couteau de sa poche, se tailla une maîtresse part dans le queugnet et plaça le reste du gâteau sur une roche bien propre, pour en faire goûter le soir à toute sa maisonnée. Et il se mit à manger, lentement, en silence, avec respect, comme il convient lorsqu’on savoure une friandise rare, surtout lorsqu’elle provient d’une source aussi miraculeuse.

Point convaincu, Joson ne se décidait pas à imiter son compère. Que d’idées contradictoires se heurtaient à ce moment dans sa cervelle obtuse ! D’abord, les moqueries qu’il avait adressées à Diaude et à Mesdames les Fées, lui rendaient le queugnet suspect et lui faisaient redouter une vengeance. Ensuite, craignait-il, comme il l’avait dit tout à l’heure, que le gâteau, vu son origine, ne le fit réellement devenir « possédé ». Enfin, la vue de Diaude, mangeant à belles dents et d’un air fort satisfait, l’excitait et aiguisait sa faim. Que faire ? Allait-il se laisser tenter ?

Une idée baroque lui vint. Il coupa deux morceaux du queugnet, en présenta un à sa vache, l’autre à son âne. Les animaux flairèrent longuement cette nouvelle nourriture qu’ils ne connaissaient point, puis, sans se faire prier plus longuement, saisirent les morceaux et les avalèrent goulûment. Mais, à peine avaient-ils terminé ce menu repas, que la vache poussa un long et sourd meuglement, l’âne lança un hi-han désespéré, et vache et âne tombèrent morts à l’endroit même où Joson les avait arrêtés.

A la vue de ce désastre si prompt et si imprévu qui le ruinait completement, Joson se mit à pleurer à chaudes larmes, devant les cadavres de ces animaux qui lui avaient rendu tant de services. Il regrettait amèrement les railleries dont il avait accablé naguère Mesdames les Fées et Diaude lui-même. Mais trop tard, hélas ! Les fées s’étaient cruellement vengées de ses sarcasmes !

Diaude s’approcha, et ne voulut point ajouter à la douleur de Joson par d’inutiles, mais mérités reproches. Cependant, il ne put s’empêcher de lui dire : « Ami Joson, Mesdames les Fées sont personnes fort civiles, mais dont il ne faut se moquer. Elles ont toute puissance et s’en servent parfois pour aider et soulager ceux qui les honorent et les craignent, mais aussi n’entendent mie railleries ni balourdises ».

Joson baissa la tête et ne répondit pas. Et, de ce jour, le « Trou des Fées » devint le « Four des Fées ».

La puissance de Mesdames les Fées fut considérablement accrue par cette aventure dans toute la région, leur pouvoir fut reconnu sans conteste, mais personne ne s’avisa jamais plus de leur demander son dîner.

 

 

12345...8

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer