Les cascades de Tendon (88)

 

Promenade en pleine forêt à quelques kilomètres du Tholy (88).

 

D’après une description faite en 1907 par la société d’émulation des Vosges

 

La grande cascade

Les cascades de Tendon (88) dans La Lorraine pittoresque Tendon-La-grande-cascade-150x99Cette cascade se trouve à environ trois kilomètres au sud-est du village, à la limite des territoires de Tendon et du Tholy.

La cascade est formée par la chute d’un ruisseau, dont le débit varie de 80 litres en eaux ordinaires, à plus de 4 mètres cubes en temps de crue. Elle est sur le flanc d’une montagne et on voit un grand ruban argenté qui tombe en grondant.

Elle se précipite à grand fracas d’un escarpement rocheux de 30 à 35 mètres de hauteur, se brise en trois bonds distincts, formant nappes d’eau transparente. Chaque fois qu’elle est interrompue par des rochers, elle jette autour d’elle une fumée légère comme la gaze. Si le soleil frappe de ses rayons ce nuage d’écume, il en fait des diamants étincelants et les décore d’arcs-en-ciel diaprés de mille couleurs.

« L’élévation de la masse granitique, le bruit de ce torrent jaillissant et brillant de la lumière du soleil, les arbres élevés qui l’entourent et qui contrastent entre eux par les nuances de leurs feuillaison, le sérenité du ciel, tout concourt à rendre les impressions plus vives, tout pénètre l’âme d’admiration et d’étonnement pour les grandes œuvres de la nature » (Les Vosges par Fraipont).

« Au pied de la cascade, les eaux courent sous un bois épais, touffu, aux rameaux entrelacés, cachant le ciel, mais laissant passer quelques-uns de ses rayons qui semblent semer des pièces d’or sur l’herbe verte et le terre brune » (Th. Gauthier).

Cascades-du-Tendon-hiver-2012-112x150 dans La Lorraine pittoresqueSite merveilleux, bien fait pour tenter les paysagistes. Le coup d’œil sur la cascade est superbe, surtout en hiver, quand le froid a fait congeler les bords de la chute. Des milliers de glaçons, pareils à des stalactites aux formes variées, la poussière d’eau qui s’échappe et tamise le cru de la glace, le soleil d’hiver jetant une touche mélancolique sur ce lieu sauvage, tout rend ce coin encore beaucoup intéressant en hiver qu’en été. Mais alors seuls les vrais amateurs peuvent se payer le luxe d’un spectacle vraiment digne d’admiration.

La cascade de Tendon est le but de promenade favori des touristes et l’excursion classique des habitants de la région.

 

La petite cascade

Cette seconde cascade est située dans un lieu retiré, caché au regard des passants, à 1500 mètres à l’aval de la précédente et sur le même cours d’eau.

Le chemin de Docelles à Gérardmer, puis un sentier de quelques centaines de mètres qui s’en détache, y conduisent.

Tendon-La-petite-cascade-150x99Les eaux s’échappent en plusieurs bonds, à trevers de pittoresques rochers granitiques. Elles se réunissent dans un bassin bordé de rochers, contre lesquels se heurte le courant blanc d’écume. Puis elles courent, rapides, sous l’ombre des rives, pour aller plus bas, irriguer les prairies.

Cascades-du-Tendon-hiver-2012-1-112x150Cette cascade, dont la principale chute n’a que cinq mètres de hauteur, est reliée directement à la première, par un sentier à travers prés et bois.

Le site est aussi agréable que coquet. Les rochers qui semblent taillés par le frottement séculaire du ruisseau, les arbres, penchés sur le torrent comme pour écouter son murmure, le bruit assourdissant de sa colère quand la pluie ou la fonte des neiges l’a rendu impétueux, en été le dôme de verdure, et en hiver les blanches draperies qui le recouvre. Quel beau spectacle que celui de cette chute !

 

 

 

 


Archives pour la catégorie La Lorraine pittoresque

Le défilé de Straiture dans la forêt de Ban-sur-Meurthe (88)

Le défilé de Straiture dans la forêt de Ban-sur-Meurthe (88) dans La Lorraine pittoresque Localisation-défile-de-Straiture-150x90

Petite promenade … On oublie tout ! On profite juste du paysage magnifique et du bruit de l’eau !

D’après une description faite par la société d’émulation du département des Vosges — 1907

 

Ce défilé commence à quelques centaines de mètres du Grand-Valtin, et se continue sur quatre kilomètres dans la direction nord-ouest.

Defile-de-straiture-150x91 dans La Lorraine pittoresqueIl est enfermé entre deux montagnes boisées, hautes de 1000 à 1100 mètres d’altitude, couvertes de roches granitiques de toutes formes et de toutes dimensions. A certains endroits, le défilé est tellement étroit, qu’il livre à peine le passage à la route et à la Petite-Meurthe. Il présente une suite de sites d’un aspect saisissant.

Au fond, la rivière coule mystérieusement sur un lit de roches arrondies, ici un léger murmure, et tombant là avec fracas, dans un bassin inférieur bordé de roches anguleuses. Plus loin, elle disparaît complètement dans les anfractuosités des blocs qui comblent son lit, pour reparaître à quelques centaines de mètres plus bas.

Defile-de-straiture-2-150x91De temps à autre, des ponts rustiques traversent la Meurthe et permettent de visiter les deux rives. On voit d’un côté une immense coulée de roches granitiques, et de l’autre des sapins géants qui s’élancent à pic de la montagne. (Extrait du « Guide des touristes dans le canton de Fraize » par Cordier).

« Le défilé de Straiture est peu connu. Celui qui l’a traversé une fois, en conserve un souvenir qui prime tous les autres. C’est le clou d’une excursion.

C’est le passage que s’est frayé la Petite-Meurthe pour sortir de la montagne. Les futaies l’enserrent et l’enténèbrent. La rivière et la route s’y pressent l’une contre l’autre, tant la ravine est étranglée en certains endroits. Partout le paysage y revêt un aspect fantastique, mystérieux et étrangement beau. On pourrait se croire sous les voûtes d’une gigantesque catacombe, si, parfois, les rayons du soleil filtrant à travers les aiguilles des sapins, ne venaient jeter une note claire et lumineuse sur cette douce obscurité.

Ce sauvage défilé n’en est pas moins très animé : non seulement on y entend les oiseaux de la montagne, qui mêlent leurs cris aux plaintes du vent, mais on y côtoie les bûcherons, les schlitteurs. On y rencontre les ruines d’anciennes scieries et marcaireries, des scieries nouvelles mues par la rivière, de coquettes maisons forestières. On y cueille les spécimens les plus rares de la flore vosgienne, les fruits les plus délicieux de la montagne. On s’y abreuve aux fontaines claires et abondantes, et l’œil se repose tantôt sur l’ombre de la sylve, tantôt sur la grisaille des éboulis moussus, tantôt sur le sinople des prairies et des clairières.

La rivière coule à gauche de la route, et de jolis ponts rustiques, vous invitent à la traverser pour entrer sous bois et explorer les glacières éternelles que recèlent les amoncellements de roches. Les glacières de Fleurant-L’hote et de Blanchifontaine sont d’intéressants buts de promenade et des endroits bien propices aux parties de pique-nique en campagne.

De la vallée de Straiture, de nombreux sentiers escaladent le massif qui sépare les deux Meurthes. Ils donnent accès à des points de vue les plus remarquables ». (La vallée de la Meurthe, par l’abbé G. Flayeux).

 

Le défilé de Straiture en panoramique 360°

 

 

Le four des fées à Ménil-Le Thillot (88)

 

 

D’après une description faite en 1907 par la société d’émulation des Vosges.

 

Le four des fées à Ménil-Le Thillot (88) dans La Lorraine pittoresque Localisation-four-des-fees-150x103Le « four des fées » est situé près du sommet de la montagne dite Haut-de-Lochère, à deux kilomètres à vol d’oiseau à l’est du village de Ménil.

Four-des-fees-2-150x110 dans La Lorraine pittoresque

Le four est une excavation ayant une forme à peu près ronde. Son diamètre est d’environ 3 mètres et sa hauteur maxima de 2 mètres. Il est creusé dans un énorme rocher de granit aux parois abruptes. On y pénètre par une ouverture haute à peine d’un mètre et pouvant servir juste au passage d’une personne.

Cette cavité semble avoir été produite par un long travail d’effritement dû aux gelées, et qui se continue encore aujourd’hui, comme en témoigne les pierrailles qui jonchent le sol de la grotte.

Du four lui-même, l’horizon est assez restreint. Mais au sommet de la montagne, à vingt mètres plus haut, on jouit d’un joli panorama. Au nord, la vue s’étend sur les hauteurs qui dominent Saulxures et Cornimont. A l’est, le Drumont et la Tête des Allemands encadrent le col de Bussang. Au sud, sur les ballons d’Alsace et de Servance, le fort de Château-Lambert, au-delà duquel on aperçoit la plaine toujours brumeuse de la Saône. A l’ouest enfin, les hauteurs autour de Rupt et de Vecoux.

Four-des-fees-150x111

 

Ce four, dit une légende, servaient autrefois aux fées à cuire des gâteaux, des friandises, dont les bergers des alentours avaient la plus grosse part.

 

 

123

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer