Espace archéologique d’Audun-le-Tiche (57)

 

 

 

Audun-le-Tiche s’étend à la pointe nord-ouest du département de la Moselle, sur la frontière avec le Luxembourg.

Espace archéologique d’Audun-le-Tiche (57) dans La Lorraine des musées Musee-Audun-le-Tiche-150x100C’est à la suite de la découverte d’une nécropole mérovingienne qu’un espace archéologique a été créé. Il propose de découvrir l’histoire d’Audun-le-Tiche à travers 5 espaces.

Croix-pattee-99x150 dans La Lorraine des muséesLa première salle est consacrée à l’époque préhistorique. Dans la seconde, on peut admirer divers éléments relatifs à la période gallo-romaine. La troisième, la plus riche en termes de collections, est consacréa à la période mérovingienne. La quatrième retrace la période médiévale. Enfin, la dernière rend compte de la période contemporaine.

Vous pouvez ainsi y découvrir statues antiques, armes et bijoux en provenance des tombes de la nécropole Mérovingienne, poteries et céramiques de la faïencerie Villeroy et Boch (entreprise familiale qui a vu le jour en 1748 dans le petit atelier de poterie d’Audun-le-Tiche), témoignages sur l’industrie du fer …

Crédit « Photo Jean-Claude Kanny / Moselle Tourisme ».

Espace Archéologique
Rue de l’Alzette
57390 Audun-le-Tiche


Archive pour mai, 2012

Le cimetière mérovingien d’Audun-le-Tiche

 

 

 

La région d’Audun-le-Tiche est riche en vestiges archéologiques, du néolithique à l’âge de bronze, des Celtes aux Mérovingiens et jusqu’au moyen-âge. Tout atteste d’une occupation régulière de la région.

Le cimetière mérovingien d’Audun-le-Tiche dans La Moselle d'Antan Cimetiere-merovingien-Audun-le-Tiche-150x112La nécropole se trouve sur une petite colline, au lieu-dit « Le calvaire ». Le site découvert date sans doute des invasions barbares, mais on y a trouvé toutefois des vestiges d’une villa romaine, une mosaïque, une statuette de la déesse égyptienne Isis (dont le culte fut introduit en Gaule par les marchands orientaux et les légionnaires romains), et les restes d’un aqueduc souterrain.

Il est vraisemblable de la découverte – fortuite – de ce cimetière remonte assez loin dans le temps. Au début du XXe siècle, les premières exploitations minières provoquèrent la mise à jour de sépultures qui furent alors considérées comme des tombes de « seigneurs ».

En 1952, la construction d’un calvaire, dans le bois de Butte, permit la découverte d’autres tombes.

C’est en traçant un chemin avec un engin mécanique, que furent mises à jour quelques sépultures qui excitèrent la curiorisité de certainces personnes. Et l’on vit bientôt l’apparition de fouilles clandestines. C’est dans le but de mettre fin au pillage que fut créée la Société Audunoise d’Histoire Locale et d’Archéologie (S.A.H.L.A) en 1967.

Depuis 1968, les fouilles se sont succédées sans interruption et ont permis de dégager quelques 200 tombes avec leur mobilier funéraire. Les tombes sont orientées à l’est et sont soit contigües, soit isolées. Pour la plupart en pierres sèches recouvertes de dalles, quelques unes sont montées en petit appareil gallo-romain. D’autres sont des sarcophages monolithiques.

Tombe-100x150 dans La Moselle d'AntanUne des tombes renfermait un crâne percé de cinq clous, et certaines sépultures contenaient des crânes en surnombre, jusqu’à huit disposés en cercle dans la tombe n° 9. Outre la décapitation rituelle, la mutilation des cadavres est aussi présente à Audun-le-Tiche : plusieurs squelettes présentent des manques (bras, jambes) ou leurs os portent des traces de coups portés par des armes tranchantes.

De nombreux objets ont été trouvés sur le site : couteaux, scramasax (couteau long), fourches à deux dents, bijoux, peignes en os, colliers de perles, bagues, pendentifs, monnaies, fibules, boucles de ceinture…

Un espace archéologique a été créé sur place, où sont exposées les différentes trouvailles, et où sont reconstituées des tombes avec leur mobilier.

 

Crédit « Photo Jean-Claude Kanny / Moselle Tourisme ».

 

Fête médiévale à Châtel-sur-Moselle (88)

 

 Fête médiévale à Châtel-sur-Moselle (88) dans Sortir en Lorraine Affiche-106x150

14ème fête médiévale

à Châtel-sur-Moselle (Vosges)

les dimanche 27 et lundi 28 mai 2012

 

 

Magiciens, comédiens humoristes, danseurs, jongleurs, échassiers de la Troupe des Mandalas.

Combats et affrontements avec la célèbre troupe belge, les Compagnons de Rougemont.

Démonstrations du tonnelier (uniquement le lundi), du potier et du fondeur de cloches.

Spectacle de course de lévriers (uniquement le dimanche).

Etc…

Pour en savoir plus

Le camp celtique de la Bure

 

 

 

Le camp celtique, classé aux Monuments Historiques par arrêté du 6 août 1982, se trouve non loin du lac de la Maix, à environ 8 km de Saint-Dié.

Des fouilles effectuées depuis 1964 ont mis à jour des monuments et matériels gaulois et gallo-romains exhumés des remparts et du camp. Ils ont été placés au musée de Saint-Dié-des-Vosges.

Le camp celtique de la Bure  dans La Lorraine celtique Mur-camp-La-Bure-150x112L’enceinte du camp est de type éperon barré en forme de losange de 340 X 110 mètres. C’est le seul camp connu possédant un mur gaulois en Lorraine. Cette muraille de sept mètres d’épaisseur est précédée d’un fossé taillé dans la roche.

A l’intérieur du camp, se trouve le bassin rustique taillé dans la roche. D’autres bassins sont visibles : le Fanum de Taranis-Jupiter et celui des Déesses-Mères Diane.

 

 

Pour en savoir plus

 

 

La princesse Mazurina

 

La princesse Mazurina dans Légendes de Lorraine corbeau025

 

D’après « L’austrasie » – 1837

 

La princesse Mazurina était jadis souveraine absolue d’Hiérapolis et de tous les lieux adjacents. De hautes destinées avaient été attachées à la naissance de cette infortunée ; les fées l’avaient comblée de leurs faveurs, mais elles lui avaient imposé trois fois sept années de virginité, et l’obligation de confier secrètement tous les jours ses chastes appâts aux eaux d’une fontaine qui jaillit dans les souterrains du château de Hellering.

Elle touchait à son vingt-et-unième printemps ; quelques jours encore et elle allait couronner les feux d’un prince digne d’elle par sa puissance et sa valeur. Tout à ses rêves de bonheur, elle se plongeait pour la dernière fois dans la source mystérieuse, quand son fiancé, poussé par une fatale curiosité, parut inopinément devant elle. Ses yeux ne firent qu’entrevoir la vierge qu’il adorait.

Transformée en un noir corbeau, elle disparut pour toujours de ses regards, et les cavernes de l’Hiéraple la reçurent sous les traits d’un énorme crapaud. C’est sous cette forme hideuse qu’elle se traîne toutes les nuits à l’ouverture de l’antre qui recèle ses immenses richesses et c’est sous celle d’un corbeau qu’il lui est permis de retourner tous les sept ans à la source cause de ses malheurs, de s’y baigner depuis minuit jusqu’à l’aurore, et d’y retrouver les brillants souvenirs de sa jeunesse.

Mais dès que le jour commence à poindre, une lueur, qui n’est visible que pour certains êtres privilégiés, éclaire rapidement le château de Hellering, et donne l’inflexible signal du départ ; alors elle reprend docilement son vol, plane un moment au-dessus des hauteurs de Hombourg et pour sept ans encore redevient un gros crapaud.

Cependant, le maléfice qui pèse sur cette infortunée n’est point éternel. Le fils d’un pâtre peut en rompre le charme !

Mais où trouver l’homme assez intrépide pour mettre à fin cette périlleuse entreprise ? Il doit, par une nuit sombre gravir les flancs du mont, chercher le gros crapaud, l’étreindre et lui donner trois baisers : le premier le rendra monstrueux, le second le métamorphosera en un épouvantable dragon et ce n’est qu’au troisième que Mazarina reprendra sa beauté, sa jeunesse, qu’elle redeviendra une brillante princesse, prête à livrer à son libérateur sa main et ses trésors.

Bien des audacieux ont déjà tenté sa conquête, mais tous ont reculé devant les regards étincelants de l’affreux dragon, et ont couru chercher un refuge dans l’oratoire de Sainte-Hélène, creusé dans une des parois du rocher, où réside ordinairemeut le gros crapaud.

 

 

123

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer