La cristallerie de Montbronn (57)

 

 

La cristallerie de Montbronn (57) dans Industries et arts en Lorraine Carafe-modele-Adagio-Montbronn-63x150Fondée en 1930 par monsieur Joseph Ferstler, elle est actuellement dirigée par ses descendants qui perpétuent les gestes artisanaux. Le verre est soufflé à la bouche, puis taillé à la main.

La spécialité de l’entreprise est le cristal doublé coloré.

 

Cristallerie de Montbronn
13, rue des Verriers
57410 MONTBRONN

 

Le savoir-faire lorrain rayonne par-delà les frontières !!!


Archive pour mars, 2012

Les croyances superstitieuses anciennes et les abeilles

 

Les croyances superstitieuses anciennes et les abeilles dans Les Vosges d'Antan Maya-2

D’après « Traditions populaires, croyances superstitieuses, usages et coutumes de l’ancienne Lorraine »
Nicolas Louis Antoine Richard – 1848

Au Val-d’Ajol, on n’oublie jamais le jour du vendredi saint de placer, sur chacun des paniers d’un rucher, une petite croix bénite en cire qui doit empêcher les abeilles de quitter la ruche.

Les habitants du Ménil et de Ramonchamp, pour produire le même effet, mettent sur les paniers, le jour des Rameaux, une petite branche de buis bénite le même jour à l’église.

Connaissant l’extrême susceptibilité de ces insectes et la nécessité de ne point les irriter, on a soin de ne proférer auprès d’un rucher aucun propos grossier, aucun blasphème et particulièrement aucun jurement, si on veut qu’ils ne quittent bientôt leur demeure pour ne plus y revenir.

On est encore persuadé, à Rochesson et dans quelques autres communes, que les abeilles ne peuvent prospérer dans une maison quand le bois et la paille d’un panier ou le panier ont été volés, quand la concorde et l’harmonie ne règnent pas dans la demeure de leur maitre, et que les personnes auxquelles elles appartiennent ne vivent pas en bonne intelligence.

Les croyances superstitieuses anciennes et l’argent

 

 

D’après « Traditions populaires, croyances superstitieuses, usages et coutumes de l’ancienne Lorraine »
Nicolas Louis Antoine Richard – 1848

 

Les croyances superstitieuses anciennes et l'argent dans Les Vosges d'Antan Arbre-aux-pieces-dor1-112x150Quand on en reçoit ou quand on en dépense le lundi, on est assuré qu’on en recevra ou qu’on en dépensera toute la semaine.

On croit encore à Cornimont, que l’argent enfoui dans la terre fleurit, après cent ans, comme un bel arbre d’or, et on conseille aux personnes qui sont assez heureuses pour apercevoir un de ces arbres merveilleux, de déposer à l’endroit où elles l’ont vu étendre ses brillants rameaux, une partie de leurs vêtements, afin que, si le riche trésor que cet endroit recèle n’était point découvert cette fois, il ne pût s’enfoncer d’avantage dans les entrailles de la terre.

La Belle-Roche ou la roche des Douze Apôtres de Relanges (88)

 La Belle-Roche ou la roche des Douze Apôtres de Relanges (88) dans La Lorraine pittoresque Pierre-de-Relanges4-150x112

Petite promenade en forêt.

 

 D’après les « Annales de la Société d’émulation du département des Vosges » – 1907

 

Cette roche est située au nord et à deux kilomètres du centre du village, sur le chemin de Relanges à Bonneval, dans la forêt communale.

 

Pierre-de-Relanges2-150x112 dans La Lorraine pittoresquePierre-de-Relanges-150x112Elle appartient au grès bigarré. Sa forme est celle d’une calotte écossaise. La face Sud, parallèle au chemin qu’elle borde, a 2m50 de hauteur et 6m50 de longueur. Au milieu de cette face, il existe une cavité de 0m60 de profondeur, 1m de hauteur et 1m50 de largeur.

 

La face Est a une longueur de 4 mètres, 2 mètres de hauteur à une extrémité et seulement 0m50 à l’autre.

 

Pierre-de-Relanges1-150x112Pierre-de-Relanges3-150x112Des scènes de la Passion ont été taillées en haut relief sur les deux faces de cette roche. Ce travail est l’œuvre de Dominique Plancalaine, tailleur de pierres à Relanges, qui vivait à la fin du XVIIIe siècle.

 

En 1891, un Russe, M. Bolaschoff, en traitement à l’établissement hydrominéral de Vittel, proposa au conseil municipal de lui acheter cette roche pour la somme de 10 000 francs. On trouve, au registre des délibérations de la commune, des traces de cette affaire qu’il est interessant de reproduire.

« Le conseil municipal, considérant que la Belle-Roche a été de tout temps respectée par la main des hommes, on est obligé de convenir que la main du temps la détériore et lui fait perdre petit à petit de sa valeur ; qu’étant placée dans un musée, elle conservera indéfiniment et sera, du reste, l’objet de visites plus fréquentes.

Considérant que l’offre de M. Bolaschoff, telle qu’elle est faite, permettrait à la commune de rembourser 7091,10 francs de dettes en conservant dans la caisse un boni qui pourrait faire face à toute éventualité ; que, du reste, cette offre étant toute spontanée, le conseil ne désespère pas d’obtenir de l’amateur un prix plus élevé.

Pour ce motif, le conseil sollicite de M. le Préfet l’autorisation de vendre la Belle-Roche aux conditions sus énoncées. Le marché à intervenir sera, du reste, si M.le Préfet approuve la présente délibération, soumis à la ratification de l’administration supérieure.

Délibéré à Relanges, le 4 juillet 1891 ».

 

Comme le laisse prévoir la délibération ci-dessus, des pourparlers furent engagés entre le curé, le maire de Relanges et le riche étranger. On lui demandait 2000 francs de plus que ses offres pour l’acquisition d’un chemin de croix à l’église. Mais sa saison finie, l’amateur quitta Vittel, sans donner de réponse à cette proposition.

 

Et c’est ainsi que l’on peut encore, en 2012, admirer cette magnifique roche sculptée.

Le cuveau des fées à Vioménil (88)

 

 

 

Petite promenade dans la forêt domaniale du ban d’Escles.

 

D’après les « Annales de la société d’émulation des Vosges » – 1907

 

Le « cuveau des fées », appelé aussi « pierre druidique » est situé à 50 mètres de la source du Madon et à un kilomètre au nord-est de Vioménil, dans la forêt domaniale du ban d’Escles.

Le cuveau des fées à Vioménil (88) dans La Lorraine pittoresque Cuveau-des-fées-Viomenil-150x112Vaste cuveau, à 80 cm de hauteur au dessus du sol, grossièrement creusé en forme d’auge dans le grès bigarré, au sommet d’un versant légèrement incliné au sud. Sa profondeur est de 50 à 60 cm, son diamètre est de 3,10m. Régulièrement arrondi en cul de chaudron à l’intérieur, il forme à l’extérieur un octogone régulier de 1,40 m de côté et de 4 m de diamètre d’angle à angle.

Cette roche, cachée au plus profond des bois, parait avoir été un centre religieux des druides. On raconte, dans le pays, qu’en cet endroit, les druides offraient des sacrifices à leurs divinités et que le tuyau que l’on remarque encore, à la partie inférieure du cuveau, servait d’écoulement au sang des victimes.

D’autres voient là, une œuvre gallo-romaine, destinée à capter la source du Madon. Ils croient que les eaux entraient dans la cuve par le fond et se déversaient naturellement à la surface.

Vioménil et ses hameaux dépendaient autrefois du ban d’Escles, et ce dernier qui était à l’origine une bourgade gauloise, est devenu une station romaine, connue sous le nom d’Esculanum.

Sur les hauteurs, entre Escles et Vioménil, se croisent deux grandes voies romaines. Des débris de construction, trouvés dans la forêt, indiqueraient un fanum (terrain consacré par des paroles religieuses, temple dans l’antiquité romaine) à la jonction de ces voies.

Derrière Raphaël, territoire de Vioménil, perchés sur un rocher, rive gauche du Madon, se trouvent des débris considérables d’une construction appelée Le Chatelet. La tradition dit qu’on y a retrouvé une divinité païenne (égyptienne ou persanne) Teutalès ou Hes, apportée sans doute par les légions de Jules César.

La même tradition place en ces lieux un camp retranché : deux fossés successifs faisant enceinte du côté de la plaine, font croire à une fortification. Les monnaies de César et de Vespasien ne sont pas rares au pays. On en trouve encore quelques fois en labourant le sol. Plusieurs débris de monuments découverts lors de fouilles sont au musée d’Epinal.

 

 

12

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer