Le défilé de Straiture dans la forêt de Ban-sur-Meurthe (88)

Le défilé de Straiture dans la forêt de Ban-sur-Meurthe (88) dans La Lorraine pittoresque Localisation-défile-de-Straiture-150x90

Petite promenade … On oublie tout ! On profite juste du paysage magnifique et du bruit de l’eau !

D’après une description faite par la société d’émulation du département des Vosges — 1907

 

Ce défilé commence à quelques centaines de mètres du Grand-Valtin, et se continue sur quatre kilomètres dans la direction nord-ouest.

Defile-de-straiture-150x91 dans La Lorraine pittoresqueIl est enfermé entre deux montagnes boisées, hautes de 1000 à 1100 mètres d’altitude, couvertes de roches granitiques de toutes formes et de toutes dimensions. A certains endroits, le défilé est tellement étroit, qu’il livre à peine le passage à la route et à la Petite-Meurthe. Il présente une suite de sites d’un aspect saisissant.

Au fond, la rivière coule mystérieusement sur un lit de roches arrondies, ici un léger murmure, et tombant là avec fracas, dans un bassin inférieur bordé de roches anguleuses. Plus loin, elle disparaît complètement dans les anfractuosités des blocs qui comblent son lit, pour reparaître à quelques centaines de mètres plus bas.

Defile-de-straiture-2-150x91De temps à autre, des ponts rustiques traversent la Meurthe et permettent de visiter les deux rives. On voit d’un côté une immense coulée de roches granitiques, et de l’autre des sapins géants qui s’élancent à pic de la montagne. (Extrait du « Guide des touristes dans le canton de Fraize » par Cordier).

« Le défilé de Straiture est peu connu. Celui qui l’a traversé une fois, en conserve un souvenir qui prime tous les autres. C’est le clou d’une excursion.

C’est le passage que s’est frayé la Petite-Meurthe pour sortir de la montagne. Les futaies l’enserrent et l’enténèbrent. La rivière et la route s’y pressent l’une contre l’autre, tant la ravine est étranglée en certains endroits. Partout le paysage y revêt un aspect fantastique, mystérieux et étrangement beau. On pourrait se croire sous les voûtes d’une gigantesque catacombe, si, parfois, les rayons du soleil filtrant à travers les aiguilles des sapins, ne venaient jeter une note claire et lumineuse sur cette douce obscurité.

Ce sauvage défilé n’en est pas moins très animé : non seulement on y entend les oiseaux de la montagne, qui mêlent leurs cris aux plaintes du vent, mais on y côtoie les bûcherons, les schlitteurs. On y rencontre les ruines d’anciennes scieries et marcaireries, des scieries nouvelles mues par la rivière, de coquettes maisons forestières. On y cueille les spécimens les plus rares de la flore vosgienne, les fruits les plus délicieux de la montagne. On s’y abreuve aux fontaines claires et abondantes, et l’œil se repose tantôt sur l’ombre de la sylve, tantôt sur la grisaille des éboulis moussus, tantôt sur le sinople des prairies et des clairières.

La rivière coule à gauche de la route, et de jolis ponts rustiques, vous invitent à la traverser pour entrer sous bois et explorer les glacières éternelles que recèlent les amoncellements de roches. Les glacières de Fleurant-L’hote et de Blanchifontaine sont d’intéressants buts de promenade et des endroits bien propices aux parties de pique-nique en campagne.

De la vallée de Straiture, de nombreux sentiers escaladent le massif qui sépare les deux Meurthes. Ils donnent accès à des points de vue les plus remarquables ». (La vallée de la Meurthe, par l’abbé G. Flayeux).

 

Le défilé de Straiture en panoramique 360°

 

 

 

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer