Les ruines du château de Frauenberg (57)

blasonfrauenberg.pngruineschateaufrauenberg.jpg 

 

Classées aux monuments historiques par arrêté du 26 avril 1921, les ruines font l’objet d’une sauvegarde et d’une restauration de la part d’une association. Des visites guidées sont organisées chaque année, à l’occasion des journées du patrimoine.

Je vous propose de découvrir l’historique de ce château à travers ses différents propriétaires, et en même temps l’histoire d’une partie de la Moselle.

D’après un article écrit par M. Thilloy
et paru dans « Mémoires de la Société d’archéologie et d’histoire de la Moselle » – Année 1865

A six kilomètres de Sarreguemines, sur le flanc des collines escarpées qui rétrécissent le vallon de la Bliese, un vieux château élêve ses ruines encore imposantes. Ses hautes tours, ses murailles percées à jour et à demi écroulées, dominent au loin le cours sinueux de la rivière.

A ses pieds, et dans l’étroit espace qui règne entre la berge et la montagne, le village de Frauenberg s’allonge au bord des eaux, à demi caché par un rideau de peupliers. Puis, se repliant sur lui-même, il escalade une partie de la colline et lui fait une pittoresque ceinture de constructions rustiques. En face, les hauteurs de la rive droite décrivent une courbe peu étendue et dans la petite plaine qu’elles enserrent, le village de Habkirchen montre ses murs blanchis et ses toits de tuiles rouges au milieu d’un massif d’arbres fruitiers.

Vu du château, le paysage est charmant, mais il est bien plus pittoresque pour le voyageur qui arrive par la vallée. Des bords de la rivière, au-dessus du faîte des maisons et de la cime des peupliers, l’œil remonte le talus verdoyant. Il a hâte d’admirer la silhouette élégante de l’antique manoir, tantôt se détachant toute grise sur un beau ciel bleu, tantôt s’enlcvant lumineuse, sur un fonds de sombres nuages. Un vieux marronnier, d’un magnifique développement, planté au pied de la tourde garde, atteint à peine à la moitié de sa hauteur et masque de son épais feuillage, les énormes murailles du donjon placé un peu en arrière.

Quels furent les maîtres du château de Frauenburg ? Nul ne le sait dans le pays. Personne n’a conservé le souvenir des vieux barons, des nobles châtelaines qui ont vécu dans son enceinte. Personne n’a cherché à connaître leur nom et leur lignage, personne enfin ne s’est demandé si ces murs écroulés ont joué un rôle dans l’histoire du pays.

Tout enfant, j’ai aimé ces ruines. Je me suis passionné pour ce site romantique, pour la verte colline et sa noble couronne féodale. Plus tard, quand sont venues les années, quel vif désir n’ai-je pas éprouvé de rechercher le secret de ces débris ? Assis au pied de l’antique donjon, j’aurais voulu évoquer les ombres des chevaliers qui y ont arboré leur bannière et les interroger sur leur passé mystérieux.

A défaut de ces poétiques fantômes, il me restait la poussière des bibliothèques. Hélas! Les réponses ont été bien brièves et bien incomplètes. Frauenberg n’a point d’histoire, point de légendes. Le vieux château n’est jamais nommé dans les annales du pays. Bien peu de ses seigneurs ont porté son nom et le plus grand nombre d’entre eux semble n’avoir habité ce domaine que par accident et à de longs intervalles.

Mon récit, je le crains, ne sera donc que bien peu attrayant, et il ne me sera guère possible de donner au lecteur qu’une simple chronique, quelques éclaircissements sur l’ancienne géographie du pays et la nomenclature des barons qui, à travers les âges, se sont transmis la seigneurie de Frauenberg.

C’est en 1371 seulement que je trouve la première mention de Frauenburg dans les documents historiques ou plutôt dans les archives d’une maison seigneuriale. Le château de Frauenburg, toutefois, doit dater d’une époque un peu plus reculée. Tout en tenant compte des transformations qu’il a évidemment subies, et de la reconstruction bien visible d’une partie de ses murailles, son aspect général, sa haute tour, son énorme donjon semblent en faire remonter la fondation à la fin du XIIIe ou aux premières années du XIVe siècle.

L’histoire primitive des châteaux de nos contrées est, en général, enveloppée d’une grande obscurité, presque toujours leurs ruines recouvrent les débris de forteresses bien plus anciennes qu’eux-mêmes et auxquelles il est difficile d’assigner une date certaine. En est-il ainsi de Frauenburg, et doit-on admettre, avec une tradition du pays, que ses murailles cachent les fondations d’une station ou d’une védette romaine ? Aucun indice certain ne donne lieu de le penser. A Frauenburg même, l’on n’a jamais trouvé de vestiges romains, bien que le pays d’alentour porte l’empreinte incontestable du passage et du séjour des armées romaines dans la vallée de la Bliese inférieure.

A l’époque romaine, en effet, un embranchement détaché au Hiéraple (fort ou camp romain, au sommet d’une colline escarpée qui domine le village de Cocheren) de la grande voie de Metz à Mayence, franchissait la Sarre peut-être à Sarreguemines et, par les hauteurs qui séparent la vallée de la Sarre de celle de la Bliese, se dirigeait, en remontant cette dernière rivière, sur Bliescastel et le Palatinat bavarois. Partout le sol en conserve les traces.

A Bliesbrücken, les fondations d’une forteresse et des débris de toute nature. Au-delà de la frontière bavaroise, entre Bliesbrücken et Reinheim, les ruines bien caractérisées d’une immense villa. Au-dessus de Bliescastel, à Birbach, l’emplacement certain d’un camp permanent et d’un grand établissement militaire, démontrent d’une manière positive l’existence d’une voie de communication, sans doute d’une importance secondaire, mais qui, toutefois, devait être fréquentée. Cette voie, primitivement consacrée à la vallée de la Bliese, a dû, dans la suite des temps et à partir de Bliesbrücken, détacher un rameau qui s’est enfoncé dans les forêts du Pays de Bitche, et qui bientôt est devenu le principal moyen de communication avec l’Alsace septentrionale.

Après l’invasion des Barbares et la chute de l’empire romain, le pays, dépeuplé et désert semble, et pour bien longtemps, être retourné à l’état sauvage. Dès les premières années du VIIIe siècle, les bénédictins commencent à défricher les forêts et à bâtir des villages. Vers 740, le chorevêque saint Pirmin, fonde, à Gemünd-sur-la-Horn, le monastère plus tard célèbre sous le nom de Hornbach, et ses moines se répandent le long des affluents de la Bliese. En 777, dans le voisinage immédiat de Frauenburg, Villare (Blies-Guerschwiller) appartient à l’abbaye de Saint-Denis, en France. En 791, Ramesbach (Blies-Ranspach) et quelques villages contigus, font partie des domaines de Wido, comte salike deWorms et de Franconie et souverain de la majeure partie du Bliesgau.

Au moment où commence le IXe siècle, sur la rive droite de la Bliese et en face de la colline que couronnera un jour Frauenburg, le village actuel de Habkirchen constitue déjà un centre de population d’une certaine importance, et son nom seul indique suffisamment qu’il était, dès lors, le chef-lieu d’une paroisse.

Dès l’année 819, en effet, une charte de Louis-le-Débonnaire avait parlé de « Apponis ecclesia » in pago Blisinse. En 888, Arnulf, roi de Germanie, donne à Folckwin, l’un de ses nobles dans le Bliesgau, un certain nombre de villages parmi lesquels figure Appenchiridia. Ces deux dénominations, traduction l’une de l’autre, s’appliquent bien certainement au village actuel de Habkirchen, et la question paraît d’autant moins douteuse que la même donation comprend Wahalisheim et Medilinesheim, villages encore existants et situés l’un et l’autre dans le cercle de Deux-Ponts et à peu de distance de Habkirchen.

Au moyen âge, la grande route impériale qui reliait les Flandres à l’Italie et qui semble avoir été l’artère commerciale la plus suivie de ces provinces, passait non loin de Frauenburg, sinon tout à fait aux mêmes lieux que la voie romaine, du moins dans leur voisinage immédiat. Cette route, venant de Saarbrück, franchissait la Bliese à Sarreguemines et longeait cette rivière. Sa direction, que l’on peut suivre encore sur quelques parties du sol, indique qu’elle devait traverser les territoires de Frauenberg et de Bliesbrücken. Mais, abandonnant ici la vallée de la Bliese, elle se dirigeait sur Rimling et l’Alsace, et passait au pied des forteresses nouvelles que la féodalité élevait au milieu des forêts et des montagnes du comté de Bitche. Cette route était commandée par les châteaux de Bliesbrücken, de Rimling, de Lemberg et de Lichtemberg ; son prolongement oriental passait sous les murs des châteaux de Bitche, d’Eguelshard, Waldeck, Falkenstein, etc.

Dès les premiers temps de la féodalité, le château de Bliesbrücken avait commandé ces voies de communication. Plus tard, et peut-être après sa destruction, une autre forteresse située un peu plus bas sur la Bliese, le château de Mengen, avait dominé le cours de cette rivière.

Au XIVe siècle, les sires de Brücken ont depuis longtemps abandonné leur antique demeure, et peut-être retrouverons-nous leurs descendants châtelains de Hingsange pour les évêques de Metz. Les sires de Mengen ont suivi cet exemple ; ils quittent également le donjon patrimonial et vont devenir, pour les ducs de Lorraine, capitaines du château de Warsberg.

Par une coïncidence assez remarquable, au moment où le château de Mengen est abandonné et où le chef-lieu de l’antique seigneurie n’est plus qu’un simple village, on voit apparaître le château et la seigneurie de Frauenburg. Bien plus, à cette époque les deux fiefs appartiennent au même seigneur. Y aurait-il entre ces deux châteaux une connexion, un lien autre que ceux d’une possession simultanée ?

Les termes d’un arrêt rendu en 1702 par la cour souveraine de Lorraine, rapprochés de ce que je viens d’énoncer, vont peut-être nous donner la solution cette question et éclairer d’un jour nouveau les origines de Frauenburg. Cet arrêt, relatif à la mouvance de la seigneurie, rappelle et analyse d’anciens documents ; on y trouve entre autres les phrases suivantes, extraites de lettres de reprises de différentes époques : « La terre de l’Interdingen et Mingen en dépendant…. » « La terre et seigneurie de l’Interdingen et le château de Frawenberg en dépendant…. ».

D’après ces textes, Mengen, Frauenburg et Linterding ont évidemment, au point de vue féodal, une relation intime de dépendance persistante dans son existence et sa durée, mais variable dans ses termes et ses rapports. Mais qu’était-ce que cette terre de Linterdingen ? Etait-elle située, ainsi que Mengen, sur la rive bavaroise de la Bliese, ou bien s’étendait-elle sur la rive gauche de cette rivière et entourait-elle Frauenburg, sur le territoire français ?

Un dénombrement donné au duc Léopold, à la date du 15 mars 1701, nous fera d’abord connaître la valeur et la signification de ce nom de Linterdingen, absolument inconnu dans la géographie actuelle du pays : « La terre et seigneurie de Frawenberg, y est-il dit, est située sur la rivière de Blise entre Sarguemines et Bliscastelle. Elle consiste en un chasteau avec son pourpris et un bourg du même nom, avec un petit village appelé anciennement Linterdingen. Un moulin sur la Blise dans le village de Linterdinguin appartenant aussi en propre au seigneur de Frawenberg ».

La seigneurie de Frauenburg et celle de Linterdingen sont donc absolument la même chose. Primitivement, la terre portait le nom du petit village qui en était le centre, mais dans la suite des temps le nom du château a prévalu sur celui de l’ancien village et l’a fait oublier.

Mais où chercher aujourd’hui, ce village et ce moulin de Linterding, dont le nom même est perdu ? Je n’hésite pas à l’affirmer, dans le village de Frauenberg lui-même.

Les villages disparaissent et s’effacent, les moulins se transmettent à travers les âges. Liés aux accidents du sol, ils survivent aux localités que souvent ils ont vu naître. Le moulin sur la Bliese dont parle le dénombrement de 1701, et qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, ne peut et n’a pu être que le moulin de Frauenberg.

D’un autre côté, le village de Frauenberg se compose de deux parties encore aujourd’hui distinctes, bien que reliées par des constructions modernes. La plus nouvelle s’étage aux flancs de la colline sous les murs du château : c’est elle que le dénombrement de 1701 appelle le bourg de Frauenberg. La plus ancienne est au fond de la vallée : c’est la réunion, autour du moulin banal, des primitives cabanes, demeures des serfs, des vassaux, des colons du seigneur, cabanes détruites a chaque menace de guerre, à chaque invasion des turbulents barons du voisinage. Ce hameau des vassaux et des colons, c’est l’ancien village de Linterding.

Mais de même que les villages bâtis au pied du fort de Bitche ont, dans la suite des temps, perdu leur nom pour prendre celui du château et du fief de leur seigneur, de même le hameau de Linterding a quitté cette dénomination pour celle de Frauenberg, emprunté au donjon dont il dépendait, et au nouveau village avec lequel il allait désormais se confondre.

Le nom de Linterding, du reste, et l’antiquité de ce hameau peuvent s’expliquer facilement.

Nul doute qu’aux origines de la féodalité, la vallée de la Sarre n’ait renfermé un grand nombre de collonges ou fermes confiées à des colons par des seigneurs qui ne voulaient ou ne pouvaient les cultiver directement. En allemand, la collonge se nommait Ding ou Ding-hof, et à l’établissement d’une collonge se rattachent probablement l’origine et le nom d’un grand nombre de localités dans l’arrondissement de Sarreguemines.

Tels sont les villages ou les hameaux suivants : Alling, autrefois Alding ; Bedding, aujourd’hui ruiné ; Biding ; Diding ; Hœlling, autrefois Hœlding ; Laning, autrefois Landing ; Olberding ; Olding, aujourd’hui ruiné ; Opperding ; Rahling, autrefois Rahlding ; Rouhling, autrefois Ruhlding ; Theding ; Weiferding ; Zetting, autrefois Zœding ; etc…

Vraisemblablement, sur les bords de la Bliese, une collonge aura été connue sous le nom de Linterding ou sous un nom analogue ; plus tard, le château du seigneur s’est construit dans le voisinage et la ferme primitive est devenue un hameau.

Une circonstance particulière se rencontre et vient appuyer l’opinion que je propose. Dans toute collonge qu’un fermier cultive et exploite, le seigneur se réserve certains biens particuliers, l’ancienne terre salique, qu’il administre directement par ses vassaux et non par des colons. Cette réserve, c’est habituellement le Meiergut, ou Bien du maire, le moulin, le brühl ou pré communal, etc.

Eh bien ! À Frauenberg, nous retrouverons le Meiergut, qu’en 1686 le seigneur détachera de la terre et vendra séparément. Nous retrouvons le moulin que le dénombrement de 1701 nous indique comme appartenant en propre au seigneur. Le Meiergut, le moulin, c’est la terre salique, la part du maître réservée au centre de la collonge. Linterding, c’est bien la ferme, origine du village primitif. De là, le premier nom du fief, nom disparu dans le rayonnement féodal et militaire des tours de Frauenburg.

Que conclure de tout ce qui précède ? Linterding, ferme ou village, existait avant la construction des grandes demeures féodales des bords de la Bliese. Il appartenait sans doute aux barons qui bâtirent leur château sur la colline de Mengen, et il releva de ce château durant toute son existence féodale. Plus tard, et sans doute à l’époque où presque toutes les forteresses subirent une transformation radicale, les sires de Mengen se décidèrent à abandonner leur demeure patrimoniale, et à en construire une nouvelle mieux appropriée aux besoins de l’époque et plus en rapport avec les progrès de l’art militaire. Ils durent chercher dans les environs et sur leurs domaines, un endroit favorable à l’accomplissement de leurs projets et à l’édification de ce nouveau château qui allait devenir le centre féodal de la vieille terre de Linterding.

En remontant la Bliese, à mi-chemin de Mengen à Brücken, tout près de Linterding, s’ouvrait alors une route nouvelle. Embranchement de la grande voie impériale du pays de Bitche, elle allait, à l’abri des inondations de la Bliese et par le sommet des collines, rejoindre en ligne directe Bliescastel alors fameux dans l’histoire locale sous le nom de Castres et Deux-Ponts qui naissait à la vie féodale. Cette route reliait d’une manière immédiate deux des principaux fiefs de l’évêché de Metz, les comtés de Castres et de Puttelange et conquérait chaque jour une plus grande importance.

Au point où cette voie nouvelle coupait les anciennes routes du pays et où elle franchissait la Bliese, dans une situation qui, aux avantages cherchés, réunissait tous ceux qu’avaient les vieilles tours abandonnées. Sur un sommet où il devait être inexpugnable et dans la situation la plus pittoresque, s’éleva le nouveau château auquel son fondateur donna le nom chevaleresque de Frauenburg, la forteresse des dames.

Frauenburg eut-il pour fondateur les derniers sires de la maison de Mengen ou fut-il bâti par les barons de la maison de Sierck ? Je l’ignore et je n’ai pas, je l’avoue, essayé de résoudre ce problème. Je me suis borné à rechercher le premier avènement de Frauenburg à la vie historique et féodale, et j’ai pu constater ce fait : en 1371, Friederich de Sierck, qui venait d’être choisi pour arbitre d’une contestation entre le comte Jean III de Saarbrück et Eberhardt de Wolfstein, son vassal, portait, et du vivant de son père, le titre de seigneur de Frawenburg.

La maison de Sierck était de l’ancienne chevalerie lorraine et, depuis le commencement du XIIIe siècle, son nom était honorablement connu dans les vallées de la Moselle et de la Sarre. Avant 1270, elle était vassale des comtes de Saarbrück pour divers fiefs. Plus tard, elle avait obtenu des archevêques de Trêves les importants châteaux de Mensberg près de Sierck, et de Montcler sur la Sarre inférieure ; enfin, sur la Sarre supérieure, elle possédait divers domaines et le château de Saareck qui relevait à cette époque du duché de Lorraine, et qui, depuis, dépendit de la baronie de Fenestrange.

Je ne sais lequel des barons de cette maison a le premier possédé Frauenburg, mais il paraît certain que Jacques de Sierck, père de Friederich, a été seigneur de cette terre, que ses deux fils et leurs enfants en ont simultanément porté le nom, et nul doute que, suivant les usages du temps, ils n’aient possédé indivisément le fief et le château.

En 1391, Arnold de Sierck, sire de Frauenburg, frère de Friederich, figure parmi les vassaux du comte Philippe Ier de Nassau-Saarbrück, et quatre ans plus tard (1395), on le voit faire hommage au duc Charles II de Lorraine pour les dîmes de Mengen.

Cet Arnould de Sierck est connu dans la généalogie de sa maison sous le nom d’Arnould-le-Vieux. Il avait épousé Marguerite Bayer de Boppart, sœur de Conrad, évêque de Metz, et fille de Conrad Bayer, seigneur d’Albe (Sarralbe), Hingsange et Château-Bréhain, l’un des barons les plus intelligents, les plus actifs et les plus influents de la vallée de la Sarre.

En 1415, nouvelles reprises : Arnould de Sierck (probablement Arnould-le-Jeune, après la mort de son père) reprend du duc Charles II « la terre de l’Interdingen et Mingen en dépendant ».

Ces reprises ne font pas mention de Frauenburg, qui sans doute, à cette époque, appartenait d’une manière plus immédiate soit à Friederich de Sierck, soit à Jean de Sierck son fils, tandis que les deux Arnould occupaient soit Mensberg, soit Moncler, leurs principales résidences.

En 1431, le titre de sire de Frauenburg est noblement porté du vivant de son père et de son oncle, et simultanément avec eux, par un jeune chevalier, Gaspard de Sierck, filsd’Arnould-le-Jeune et d’Eva, Wild et Rheingræffin.

L’on connaît les grands événements, dont la Lorraine fut le théâtre après la mort du duc Charles II. La fille unique du duc, Isabelle, et son époux René d’Anjou, duc de Bar et plus tard roi de Sicile, avaient été reconnus comme souverains de la Lorraine par toute la noblesse du duché, lorsque le comte Antoine de Vaudémont prétendit que la couronne ducale était un fief masculin dont les filles devaient être exclues d’après les lois féodales et les coutumes du pays.

Seul descendant mâle du duc Jean, leur aïeul commun, il se prépara à soutenir par les armes ses prétentions et ses droits héréditaires. Avec l’aide du maréchal de Bourgogne (Antoine de Toulangeon, l’ennemi particulier de René d’Anjou), il rassembla les vieilles bandes de quelques capitaines d’aventure, leur adjoignit un corps de chevalerie bourguignonne et envahit le duché de Bar.

Pour résister à cette invasion, René appela aux armes tous ses vassaux, et les chevaliers de la Lorraine allemande accoururent en foule se ranger sous sa bannière. Le 2 juillet 1431, les deux armées se trouvèrent en présence à Bulgnéville. Suivant l’usage du temps, le duc René conféra, avant la bataille, l’ordre de chevalerie à plusieurs de ses jeunes vassaux. Parmi eux se trouvait Gaspard de Sierck, alors à peine âgé de 18 ans.

La journée fut terrible pour la chevalerie lorraine. Les Bourguignons occupaient une forte position. Couverts par un petit cours d’eau, appuyés à une forêt, défendus par des retranchements faits à la hâte et armés d’artillerie, ils supportèrent sans plier l’impétueuse attaque de l’armée ducale et y répondirent par une grêle de flèches et le feu de leurs cauleuvrines. Après un combat qui ne dura qu’un quart d’heure, les alliés de René prirent la fuite et ses troupes durent battre en retraite.

Une sanglante mêlée termina la bataille et fut fatale aux chevaliers lorrains, malgré une admirable défense et des prodiges de valeur. Là, périrent Jean V, comte de Salm, sire de Morhange ; Friederich, comte de Saarwerden ; Henri Bayer de Boppart, sire d’Albe, et son fils ; son frère, seigneur de Château-Bréhain, et trois de ses neveux ; une foule de comtes et de seigneurs furent faits prisonniers.

Entouré par les Bourguignons, le duc René lui-même allait périr, lorsque le jeune sire de Frauenburg s’élança devant lui, couvrit son suzerain de son corps et tomba sous les coups qui lui étaient destinés. Ainsi sauvé par le dévouement de son jeune vassal, René continua à combattre jusqu’au moment où, resté presque seul et atteint de trois blessures, il fut contraint de rendre son épée et fut emmené en captivité par les Bourguignons.

Après la mort de son fils unique, Arnould de Sierck se dévoua avec une sorte de passion au service de son prince, et c’est à ses actives démarches et à ses intelligentes négociations que René dut l’allègement et la prompte fin de sa captivité.

Cinq ans plus tard, René put payer la double dette de sa reconnaissance. Il donna à Arnould de Sierck, le comté de Forbach, et il consacra dans la charte de donation le souvenir du jeune sire de Frauenburg et de son héroïque dévouement.

En 1437, le titre de sire de Frauenburg était porté par Jean de Sierck, neveu d’Arnould-le-Vieux et fils de son frère Friederich de Sierck. Sans doute Jean mourut sans laisser d’héritiers de son nom, car la maison de Sierck devait s’éteindre avec Arnould-le-Jeune. Toujours est-il que peu de temps après, et par suite d’une mutation dont la date et le caractère nous sont inconnus, son cousin Arnould, sire de Mensberg, de Montcler et de Forbach, devint seul et unique seigneur du château et du domaine de Frauenburg.

Arnould ne laissa que des filles. L’une d’elles, Adelheid ou Adélaïde, épousa le comte Hanneman de Linange-Dagsbourg et lui apporta Frauenburg en même temps que la seigneurie de Forbach et plusieurs autres domaines.

Hanneman de Leiningen ou de Linange appartenait à une illustre famille du cercle du Rhin, dont l’origine se perd dans la nuit des temps féodaux, et dont les descendants existent encore aujourd’hui. Il vécut jusqu’à un âge très avancé (+ 1506), joua un rôle actif dans les affaires politiques et militaires de son temps, fut grand bailli d’Allemagne pour le duc de Lorraine, et, dans les chroniques messines, son nom est souvent mêlé à ceux des adversaires et des ennemis de la cité.

Ainsi que son beau-père Arnould, Hanneman de Linange mourut sans laisser d’enfant mâle. Ses deux filles, Elisabeth et Walpurge, se partagèrent par moitié les seigneuries de Réchicourt, Moersperg, Forbach et Frauenburg, qui composaient leur héritage, et les apportèrent ainsi divisées à leur époux.

Élisabeth de Linange fut mariée à Emich de Dann-Falkenstein, sire d’Oberstein, et leur petite-fille et unique héritière, Barbara de Daun, veuve du comte Simon Wecker de Deux-Ponts Bitche, (+ 1541), épousa en secondes noces Jean Jacob Ier, comte d’Eberstein.

De son côté, Walpurge de Linange avait épousé Jean de Hohenfels, sire de Reypoltzkirchen. Ils eurent pour fils Wolf de Hohenfels, sire de Forbach qui, en 1525, commandait l’avant-garde du duc Antoine dans la guerre des Rustauds, et qui, avec Jean de Braubach, châtelain de Gemünde, parvint à déloger de l’abbaye de Herbitzheim les paysans révoltés qui s’y étaient cantonnés.

Depuis plus d’un demi-siècle, les descendants des deux branches jouissaient en commun de leurs parts respectives dans l’héritage d’Adelaïde de Sierck, lorsqu’en 1555, Barbara de Daun proposa à ses cousins de Hohenfels de procéder à un partage. Elle leur offrit sa part de Forbach en échange de leur part de Frauenburg. Cette proposition fut acceptée, l’échange s’accomplit en 1556, et dès lors, Barbara de Daun fut seule et unique propriétaire et dame du château et de la seigneurie de Frauenburg.

L’acte original du partage ne nous a pas été conservé, mais des documents postérieurs nous apprennent qu’à cette époque, la portion de Barbara de Daun dans l’héritage d’Adelaïde de Sierck comprenait, outre la terre et le château de Frauenburg, les trois quarts de la seigneurie de Bousbach, dans le comté de Forbach, une quote part (probablement un sixième) dans la seigneurie de Mengen et Bolchen sur la Bliese, et un certain nombre de redevances seigneuriales dans plusieurs villages des environs de Frauenburg.

Les comtes d’Eberstein, seigneurs de Frauenburg, du chef de Barbara de Daun, appartenaient à la haute noblesse transrhénane et ils étaient vassaux immédiats de l’empire. Le berceau de cette maison existe encore près de Baden-Baden, et les ruines de cette grande demeure féodale sont chaque jour visitées par le monde de touristes qu’attirent les beautés pittoresques de ce charmant pays. Non loin d’Ebersteinburg, s’élevait Neu-Eberstein qui, au XIIIe siècle, avait succédé à l’antique forteresse et que le marckgraff Friederich de Baden reconstruisit à la fin du siècle dernier sous le nom d’Eberstein-Schloss.

Vers 1280, la maison d’Eberstein était près de s’éteindre faute d’héritier mâle. Elle fut relevée par le comte Simon de Deux-Ponts, fils de l’héritière d’Eberstein, qui recueillit les grands biens de sa mère et prit pour lui et ses descendants le nom et les armes d’Eberstein. Presqu’à la même époque, Eberhard, frère cadet du comte Simon et arrière-aïeul du premier mari de Barbara de Daun, acquérait le pays de Bitche et devenait le premier des comtes de Deux-Ponts-Bitche.

A cette époque, bien que depuis des siècles ses seigneurs fussent vassaux des ducs de Lorraine, Frauenburg ne relevait pas du duché ; c’était un fief d’empire. La bibliothèque de Metz renferme l’analyse de plaintes du comte Jean Jacob, adressées au duc de Lorraine au sujet de troubles faits par les officiers ducaux de Guemünd (Sarreguemines) contre sa seigneurie de Frauenburg, terre d’Empire.

Quelles qu’aient donc été plus tard les prétentions des ducs de Lorraine au sujet de la vassalité de Frauenburg, il n’en est pas moins vrai qu’au XVIe siècle les princes allemands, qui en étaient les maîtres, disaient tenir directement cette seigneurie de l’empire d’Allemagne, et l’on ne trouve à cette date aucun aveu ou dénombrement qui puisse démontrer le contraire ou appuyer la prétention des ducs.

Du reste, à cette époque les villages qui entouraient Frauenburg se trouvaient, pour la plupart, entre les mains de princes de l’empire qui en disputaient la souveraineté aux ducs de Lorraine.

Ainsi Blies-Ebersing, sorte d’annexe naturelle de Frauenburg, était détenu par les comtes de Nassau-Saarbrück, et ne fut définitivement attribué à la Lorraine et rattaché à la châtellenie de Guemünd que par une transaction conclue en 1581, entre le duc Charles II et le comte Philippe de Nassau-Saarbrück.

Bliesbrucken, Blies-Schweyen, faisaient partie de la baronie de Bliescastel et appartenaient au comte de la Leyen. Ils n’ont été cédés à la France qu’en 1782, comme partie intégrante de la baronie de Welferding.

Wieswiller et Wœlfling, bien plus éloignés, mais sur lesquels les seigneurs de Frauenburg devaient acquérir des droits importants, avaient appartenu aux barons de Steinkallenfels, seigneurs de Buntenbach ; ils étaient aux mains des comtes de Nassau-Saarbrück, et ne devaient revenir à la Lorraine qu’au XVIIe siècle.

Je ne parle pas des villages de la rive droite de la Bliese ; ils dépendaient de la baronie de Bliescastel, et plusieurs d’entre eux (parmi lesquels Mengen et Bolchen) étaient revendiqués par les comtes de Créhange, qui devaient plus tard transmettre leurs droits aux marckgrafs de Baden.

Toutefois ces relations féodales avec le Saint-Empire ne devaient pas durer longtemps.

Pendant 70 ans environ, les comtes d’Eberstein jouirent paisiblement de leur nouveau domaine. La terre de Frauenburg était peu considérable ; ils cherchèrent à l’agrandir et à en augmenter le revenu.

Tout à côté de Frauenberg et contigu à son territoire, s’étend le ban de Wising ou de Wisingen. Wising a peut-être été construit sur l’emplacement d’un ancien hameau détruit ; peut-être n’a-t-il jamais été qu’une grande ferme isolée entre plusieurs villages. Quelle que soit son origine et à quelque époque que l’on puisse faire remonter sa fondation, c’était au XVIIe siècle une belle cense-fief, d’une grande étendue, qui relevait de la Lorraine et était mouvante de la châtellenie de Bitche.

Les seigneurs de Frauenburg avaient peu à peu acquis les trois quarts de cette cense. En 1620, le duc Henri de Lorraine donna au comte Jean Jacob II d’Eberstein, petit-fils de Barbara de Daun, le dernier quart du ban de Wisingen à charge de reprendre de lui en fief le ban tout entier.

L’année suivante, le même duc Henri abandonna au seigneur de Frauenburg, sa part des dîmes de Wieswiller et Wœlfling, anciens villages dont la souveraineté était encore contestée aux ducs par les comtes de Nassau-Saarbrück, et dont l’église et les redevances féodales appartenaient, depuis le XIIe siècle, à l’abbaye de Sturtzelbronn, alors ruinée et à peu près détruite.

C’était un premier pas vers la solution des difficultés qui s’étaient élevées en 1565, au sujet de la vassalité de Frauenburg, et bien certainement cette question se fût résolue à l’amiable, sans les grands événements qui allaient changer la face des choses et les calamités sans nombre qui menaçaient les provinces rhénanes.

La Lorraine toute entière, mais en particulier la Lorraine allemande, allait traverser l’une des phases les plus douloureuses de la vie de cette petite souveraineté. La guerre de Trente ans entrait dans ce que l’on nomme la période franco-suédoise, et nos provinces devaient, durant longues années, servir de champ de bataille aux armées de l’empereur et du roi Louis XIII.

Gustave-Adolphe avait été tué à Lutzen et le général de Horn avait amené ses Suédois victorieux dans les plaines de l’Alsace. Il se préparait à envahir la Lorraine, et le seigneur de Frauenburg fut la première victime de cette invasion.

Au mois d’août 1633, le duc de Birkenfeld, à la tête d’un corps suédois, s’avançait sur Haguenau qu’il espérait emporter. Une vive escarmouche eut lieu près de Pfaffenhofen. Brisée contre la solide infanterie suédoise, la cavalerie lorraine prit la fuite et alla se rallier sous les murs des places voisines. Les Suédois poursuivirent les fuyards et arrivèrent inopinément devant les tours de Frauenhurg.

« Le duc de Birkenfeld, dit une lettre du temps, fit enlever le comte d’Eberstein, beau-frère du comte de Linange-Westerbury, de sa maison de Frauenburg, entre Deux-Ponts et Sarbruc, laquelle il fit piller, ne laissant à la comtesse sa femme (Marguerite, comtesse de Solms-Laubach) qu’une chemise, et mena ledit comte prisonnier avec sa robe de nuit, sans qu’il eut jamais rien eu à démêler avec M. de Lorraine et sa maison ayant toujours été à la dévotion de la France ».

Tel fut le premier acte de cette invasion alternative des Suédois et des troupes impériales qui, durant cinq années, causa de si horribles désastres, et à la suite de laquelle les armées françaises occupèrent la Lorraine pendant près de quarante ans.

Frauenburg, abandonné par ses seigneurs, subit probablement le sort de tous les châteaux-forts de la Lorraine allemande. Pris et repris par les uns et par les autres, il finit par devenir, ainsi que Forbach, un repaire de partisans qui faisaient la guerre pour leur propre compte. Lorrains contre les Suédois, Français contre les Impériaux, ces aventuriers pillaient tout le monde sans se soucier des partis ni des nationalités.

Le cardinal de Richelieu, pour mettre un terme à ces désordres, ordonna au maréchal de la Force de s’emparer de toutes ces forteresses, et bientôt après, il les fit impitoyablement raser. C’est alors que disparurent les châteaux de Forbach, de Hombourg-l’Evêque, de Sarreguemines et la plupart des forteresses féodales du pays de Bitche.

Quant au village, il suivit le sort du château : il fut incendié et détruit. Dans sa forme actuelle, en effet, il ne semble guère dater que de la seconde moitié du XVIIe siècle, de l’époque où le pays commença à se remettre de la crise qu’il venait de subir, et où les populations revinrent habiter les villages abandonnés pendant l’invasion suédoise. En 1755, 120 ans après les Suédois, Frauenberg ne comptait encore que vingt-sept feux : huit laboureurs et dix-neuf artisans ou manœuvres. Aujourd’hui, il se compose d’environ quatre-vingt-dix maisons, et sa population est d’un peu plus de cinq cents habitants.

Ainsi que tous les petits princes allemands des bords de la Sarre, le comte d’Eberstein se retira en Allemagne. Il y mourut en transmettant la propriété nominale de ses fiefs de Lorraine à ses descendants, qui ne vinrent réclamer son héritage que plus de cinquante années après le pillage du château de Frauenburg. Pendant l’occupation française, la seigneurie passa ainsi de Jean Jacob II à Jean Frédéric, qui avait épousé une comtesse de Créhange ; puis à Casimir, marié à une princesse de Nassau-Weilburg le 6 mai 1660, et mort le 22 décembre suivant. Peu de mois après ce décès, la comtesse d’Eberstein avait donné le jour à une fille posthume Albertine-Sophie-Esther, héritière de sa maison et dernière dame de Frauenburg, qui fut mariée, en 1679, à Frédéric-Auguste, duc de Wurtemberg et de Teck, et comte de Montbelliard.

Jusqu’à présent, l’on a pu remarquer que le château dont nous esquissons l’histoire, a porté exclusivement le nom féodal de Frauenburg, tandis qu’au village était réservé celui de Frauenberg.

A partir de l’invasion suédoise, il n’en sera plus ainsi. La forteresse, la burg, a été détruite, et son nom doit périr avec elle. Ici, du reste, commence une ère nouvelle pour le château et la seigneurie : la vieille baronie n’est plus rien qu’une terre noble. La phase féodale est terminée, l’influence germanique s’efface, nous entrons dans le rayonnement des idées françaises.

Au lieu d’être des princes allemands, les seigneurs de Frauenberg seront désormais des officiers au service des ducs de Lorraine ou des rois de France. Sous l’action de ces nouveaux maîtres, tous de race française, la langue française va pénétrer, bien faiblement il est vrai, dans la vallée de la Bliese.

Le nom de Frauenberg devient exclusif ; il doit désigner à la fois le château et la terre ; il va perdre un peu de sa physionomie germanique, et dans le langage usuel, il prendra souvent la forme contractée et plus euphonique de Framberg.

Le duc de Wurtemberg se hâta d’aliéner cette grande propriété. Mais avant de la vendre, il la démembra.

Le 31 janvier 1686, il détacha de la terre de Frauenberg la portion appelée Meiergut (le bien du maire), en constitua un arrière-fief relevant de la seigneurie, franc de corvées et de charges civiles, et il le donna, à charge de reprise, à son cher et féal Sébastien Thomin.

Quelle qu’en fut l’apparence, cet acte n’était pas une concession féodale et temporaire. C’était, sous une forme antique, une véritable aliénation et un démembrement réel de la propriété.

Sébastien Thomin, major de dragons au service de Lorraine, avait été anobli, le 28 juillet 1679, par le duc Charles V, pour « trente-quatre ans de services militaires, sa valeur et sa bonne conduite ». Il avait suivi la fortune des ducs de Lorraine pendant leur exil et leur vie errante. M. de Thomin n’habita pas Frauenberg, il avait fixé sa résidence à Ransbach, village situé à peu de distance, sur les bords de la Bliese.

Son fils, Jean de Thomin, capitaine au régiment de la Sarre, obtint, le 12 janvier 1707, du duc Léopold, des lettres portant confirmation « de l’état et rang de noblesse » que le duc Charles V avait jadis accordé aux belles actions de son père.

Il périt le 3 février 1715, dans les bois de Blies-Ransbach, où il chassait. Un journalier, nommé Peter Moor, l’assassina pour s’emparer des boutons d’argent qui ornaient son habit. Le corps, enfoui sous les feuilles, fut retrouvé grâce à l’instinct d’un chien de chasse, et rapporté au village. L’auteur du crime était inconnu et la justice seigneuriale eut recours, pour la dernière fois peut-être, à une épreuve judiciaire, l’épreuve du cercueil. Tous les habitants durent défiler processionnellement devant leur seigneur assassiné, et toucher de la main son cadavre. La tradition prétend qu’au moment où le meurtrier s’avança, la blessure s’ouvrit et le sang coula. Frappé d’épouvante et d’horreur, Peter Moor avoua son crime, indiqua l’endroit où il avait caché les boutons, objets de sa convoitise, et fut justicié à Deux-Ponts.

Jean de Thomin n’avait pas d’enfants, et ses trois sœurs se partagèrent son héritage et le transmirent à leurs descendants. Peu de temps après la concession des Biens du Maire, faite à Sébastien Thomin, le duc de Wurtemberg vendit le château et la seigneurie de Frauenberg à Jean-Daniel de Merlin et Dalheim, chevalier du Saint-Empire.

Ancien secrétaire du comte d’Apremont, Jean Daniel Merlin avait été l’un des agents les plus actifs du mariage du duc Charles IV, alors âgé de soixante-deux ans, avec Louise Marguerite d’Apremont, qui venait d’atteindre sa treizième année.

Charles était veuf. Ses deux femmes, la duchesse Nicole et la princesse de Cantecroix, étaient mortes ; son mariage avec Marianne Pajot avait été rompu, par la volonté de Louis XIV, au moment de s’accomplir. La belle chanoinesse de Ludres croyait l’avoir à tout jamais enchaîné à son char, lorsque des amis de la maison d’Apremont lui amenèrent la jeune et charmante comtesse. Le vieux duc s’enflamma d’une folle passion pour cette enfant dont il aurait pu être l’aïeul, et il demanda sa main. Le mariage tirait la maison d’Apremont de la misère où l’avaient plongée les événements politiques, et allait refaire sa fortune. Le contrat fut signé le 4 novembre 1665.

Merlin en fut l’un des témoins et le mariage devait se célébrer la même nuit. Mais à la dernière heure, soit qu’il eut honte d’une alliance si disproportionnée sous le rapport de l’âge, soit que l’enthousiasme de la passion eut fait place aux irrésolutions habituelles de son caractère si mobile, le duc voulut s’arrêter. Au moment où arrivait sa fiancée, il chercha, pour rompre le mariage, les prétextes les plus étranges : « Il était prêt, dit-il, à tenir sa promesse à l’heure même ; mais il ne se trouverait pas aisément un prêtre, à cause de l’absence du curé de Saint-Georges, dont il était le paroissien ».

Merlin comprit qu’avec un esprit aussi versatile que celui de Charles IV, le moindre retard perdait tout. Il joua d’audace et, à défaut du curé, il courut appeler le vicaire de la paroisse. Charles ne pouvait plus s’en dédire ; la bénédiction nuptiale fut donnée séance tenante, et Mlle d’Apremont devint duchesse de Lorraine, grâce à l’initiative et à la résolution du secrétaire de son père. Peu de temps après, Merlin fut anobli. Il acquit la seigneurie de Dalheim et enfin, le 13 avril 1686, la terre et le château de Frauenberg.

C’est probablement M. de Merlin qui releva le château de Frauenberg ou plutôt qui bâtit, à côté des tours encore debout, une maison moderne sur l’emplacement des remparts démolis par Richelieu. La façade de cette maison contiguë à la haute tour de garde, s’élève encore sur les massives assises de l’ancienne construction et fait contraste avec elles par la différence de ses dimensions et la légèreté relative de sa maçonnerie.

M. de Merlin habita Frauenberg toute sa vie. Il mourut sans enfants, vers la fin du XVIIe siècle, et laissa sa fortune à peu près entière à sa veuve, Jeanne-Catherine Dyvorel de la Roche. Mme de Merlin, comme l’avait fait son mari, fixa sa résidence à Frauenberg. A la restauration des ducs de Lorraine, après la paix de Ryswick, elle n’hésita pas à reconnaître, pour sa terre et son château, la souveraineté de la maison ducale. Le 20 juin 1700, elle avait fait ses reprises pour le ban de Wisingen mouvant du duc à cause du comté de Bitche ; le 15 mars 1701, elle se mit sous la protection de la Lorraine, et fit foi et hommage au duc Léopold pour la terre, la seigneurie et le château de Frauenberg.

Du reste, un procès qui s’éleva au sujet du testament de M. de Merlin entre sa veuve et ses héritiers, fournit bientôt au duc de Lorraine l’occasion de revendiquer la suzeraineté de Frauenberg. Le 15 février 1702, la cour souveraine posa en principe « que la terre et seigneurie de l’Interdingen et le château de Frawenberg en dépendant était (sic) un ancien fief mouvant du duché de Lorraine ; que les seigneurs et possesseurs de la dite terre, en ayant fait foi et hommage aux sérénissimes ducs, comme il paraît par l’acte de la veille de Saint-Jean-Baptiste 1415 par lequel il paraît qu’Arnould de Sirck avait repris la dite terre de l’Interdingen et Mingen en dépendant de Charles II, duc de Lorraine » fit défense à Mme de Merlin de comparaître devant la chambre impériale de Wetzlar où ses adversaires l’avaient appelée, prétendant que Frauenberg relevait de l’empire.

Dans cet arrêt, la cour souveraine avait quelque peu appliqué les fameuses théories de la Chambre de réunion de 1680. Quoiqu’il en soit, personne ne paraît avoir fait opposition à l’arrêt, et Frauenberg, dont on avait tu à la chambre impériale la situation en Lorraine, se vit ainsi incorporé d’une manière définitive au duché de Lorraine.

C’est vraisemblablement au temps de M. et Mme de Merlin et de leur séjour au château que l’on peut rattacher la fondation de la paroisse de Frauenberg. Jusqu’au XVIIe siècle, en effet, cette paroisse est inconnue et paraît ne pas exister : elle ne figure au pouillé de l’évêché de Metz ni en 1544, ni en 1606. Sans doute, sous les seigneurs vassaux immédiats de l’empire, la population du village, tout comme celle d’Ebersing et de Folperswiller, hameaux du voisinage, relevait pour le culte de l’église de Habkirchen.

Au moment où le château et ses dépendances ont été définitivement rattachés à la Lorraine, il est très probable que Frauenberg aura été érigé, sous le patronage de saint Jacques, en cure relevant de l’archiprêtré de Saint-Arnuald, tandis que Habkirchen ressortissait à l’archiprêtré de Neumunster. Cette cure resta en administration, et le patronage, bien que disputé un instant par l’abbaye de Tholey, fut attribué définitivement au seigneur de Frauenburg.

Mme de Merlin n’avait pas d’enfants, mais sa sœur, Mme d’Alba de Ville, avait trois filles. L’une d’elles, Élisabeth, épousa en 1711, au château de Frauenberg, le chevalier d’Aubery de Gobert, alors capitaine au régiment de Foix, au service du roi de France.

Après la mort de Mme de Merlin, ses biens furent partagés entre ses trois nièces. Soit que Mme d’Aubery eût été favorisée par sa tante, soit qu’elle eût, dans la suite, racheté les parts échues à ses sœurs, toujours est-il certain que, peu d’années après, M. et Mme d’Aubery possédaient, comme l’avait fait Mme de Merlin, la seigneurie entière de Frauenberg et de Wising.

Louis-Alphonse d’Aubery descendait d’une bonne famille du Dauphiné, anoblie par le roi Henri III en 1587. Après son mariage, il devint commandant d’un bataillon d’infanterie et mourut en 1770.

M. d’Aubery laissait deux fils. Le plus jeune, Frédéric-Louis, eut pour sa part la cense-fief de Wising. Il en prit le nom et y fixa sa résidence. L’ainé, Jean-Nicolas, conserva la seigneurie de Frauenberg. Il fut capitaine de cavalerie au régiment de Chamboran, porta le titre de comte et le nom de Frawenberg et le transmit à ses descendants.

Le comte d’Aubery de Frawenberg vécut jusque vers la fin de 1782. Il avait épousé, à un âge très avancé (vers 1771), Catherine-Thérèse Dorey de Crépy. Il en eut deux filles et trois fils, tous dans la première enfance au moment où leur père mourut.

Peu de temps après la mort du comte d’Aubery, la terre de Frauenberg fut vendue à M. de Vergennes. Charles Gravier, comte de Vergennes, « conseiller du Roi en tous ses conseils, commandeur des Ordres du Roi, chef de son Conseil des finances, conseiller d’État d’épée, ministre et secrétaire d’état des commandements et finances », était fils d’un président à mortier au parlement de Dijon.

Entré de bonne heure dans la carrière diplomatique, il avait été chargé des missions les plus délicates et avait rempli les fonctions d’ambassadeur à Constantinople et à Stockholm. Devenu ministre du roi Louis XVI, il forma le projet de se créer une grande seigneurie dans la Lorraine allemande. Par suite d’un traité d’échange avec le comte de la Leyen, la baronie de Welferding, terre d’empire enclavée dans la Lorraine, avait été cédée à la France, et le comte de Vergennes l’avait acquise de son précédent propriétaire. Cette seigneurie comprenait le bourg de Welferding, les villages de Woustwiller, Freymingen, Hecken-Ranspach (en partie), la cense de Dietzwiller, et enfin les villages de Blies-Brucken et Blies-Schweyen, contigus à la seigneurie de Frauenberg. A ces acquisitions, M. de Vergennes ajouta celles des seigneuries de Sarreinsming et de Rémelfing.

Il devint ainsi le plus grand propriétaire foncier des environs de Sarreguemines, et l’on suppose qu’il avait l’intention de faire ériger toutes ces seigneuries en une grande terre titrée, dont Frauenberg aurait été le principal manoir, Rémelfing la résidence seigneuriale, et Welferding le chef-lieu administratif et judiciaire.

La baronie de Welferding, en effet, avait encore sa justice particulière. Elle n’avait pu être atteinte par l’édit du mois de juin 1751, antérieur à sa réunion à la France, et elle jouissait d’une prévôté bailliagère rattachée, pour les cas spéciaux, au présidial de Dieuze. Ainsi que Welferding, et par une exception singulière, la terre de Frauenberg avait conservé sa justice seigneuriale indépendante, bien que limitée par le développement des institutions et l’établissement d’une hiérarchie judiciaire.

Les seigneurs de Frauenberg avaient droit de haute, moyenne et basse justice avec droit d’érection de deux signes patibulaires, et nul doute qu’ils n’aient joui de ce privilége de toute ancienneté. Ils avaient en outre une juridiction civile propre, organisée à deux degrés : les contestations soumises au maire étaient portées en appel devant le bailli seigneurial, et les jugements du bailli ne pouvaient ctre attaqués que devant le conseil du souverain. Ce privilége constituait ce qu’on nommait le droit de buffet. Sous les princes allemands, vassaux immédiats de l’empire, ce petit bailliage indépendant avait échappé au contrôle des bautes juridictions lorraines, et il n’avait évidemment ressorti qu’à la chambre impériale de Wetzlar.

Lorsque le duc Léopold reprit possession de ses états après la paix de Ryswick en 1698, il se hâta de réorganiser l’administration de la justice ducale. Le plus grand nombre des justices seigneuriales disparut dans cette réforme. Mais, soit que la suzeraineté de la Lorraine sur Frauenberg ne fût pas encore bien nettement établie, soit tout autre motif demeuré inconnu, la justice du seigneur demeura intacte. Elle échappa au contrôle des tribunaux ordinaires du duc. Ses privilèges furent respectés et les appels du buffet de Frauenberg se portèrent devant la cour souveraine de Lorraine, au lieu de ressortir au bailliage d’Allemagne, qu’un édit récent venait de transférer à Sarreguemines.

Cinquante-trois ans plus tard, un édit du roi Stanislas supprima tous les bailliages et les prévôtés, et créa de nouveaux tribunaux. Le buffet de Frauenberg n’est pas nominativement désigné dans l’édit de suppression, mais les villages de Frauenberg, de Mengen et de Bolchen sont compris dans la liste des localités ressortissant au bailliage de Sarreguemines. Toutefois, et je ne sais par suite de quelles circonstances, il est bien certain que le buffet de Frauenberg ne fut pas supprimé, et qu’il existait et fonctionnait encore à la veille de la Révolution.

M. de Vergennes avait donc dans ses terres deux justices bailliagères qu’il faisait administrer par ses officiers, les mêmes, du reste, pour les deux tribunaux.

Sous ce nouveau seigneur, dont les projets paraissaient sérieux, Frauenberg pouvait reconquérir son ancienne splendeur et peut-être devenir le chef-lieu d’une pairie ; il n’en fut point ainsi. Un incendie accidentel dévora le château peu de temps après son acquisition par M. de Vergennes. D’un autre côté, l’horizon politique s’assombrissait chaque jour. Absorbé par les affaires de l’Etat, le ministre négligea les projets qu’il avait conçus ; d’ailleurs, la mort vint le surprendre le 13 février 1787.

Ce qui restait du vieux château avait été loué, dès 1786, à un industriel qui y établit une faïencerie. Trois ans plus tard, cet industriel quittait lui-même cette installation provisoire et transportait à Vaudrevange sa fabrication qu’il devait rendre si florissante.

En 1793, les projets du baron de Welferding n’étaient plus qu’à l’état de souvenirs. La révolution avait éclaté. La famille de Vergennes était en émigration, le roi avait péri sur l’échafaud révolutionnaire, et l’Europe coalisée s’avançait contre les soldats de la République.

Après la prise des lignes de Wissembourg, l’armée de la Moselle avait dû battre en retraite. Elle avait abandonné (fin septembre 1793) les camps de Bliescastel et de Hornbach et s’était repliée sur la Sarre. Les avant-gardes prussiennes avaient attaqué Saarbruck et franchissant la Bliese, elles s’étaient avancées à travers le pays de Bitche jusqu’à Bouquenom et Phalsbourg.

L’armée de la Moselle se tenait immobile derrière la Sarre, lorsqu’à la fin d’octobre 1793, le général Hoche en reçut le commandement. A peine arrivé, il prit l’offensive. Le 27 brumaire, l’armée se mit en marche sur plusieurs colonnes : la gauche, partie de Sarrelouis, repoussa l’ennemi occupé sous les murs de Saarbruck, et se porta sur Tholey ; la droite, partant de Bouquenom, marcha sur Bitche et chassa les Prussiens qui, la nuit précédente, avaient voulu enlever le château de vive force. Au centre, le gros de l’armée s’avança de Sarreguemines sur Bliescaslel par Frauenberg. « L’attaque a commencé le 27 vers 6 heures » du matin, écrivait Hoche au comité du salut public, et pendant trois lieues, de hauteur en hauteur, par un épais brouillard et des chemins détestables, les sans-culottes ont repoussé les bien vêtus… ».

Après avoir chassé l’ennemi des hauteurs fortifiées de Bliescastel, Hoche s’élança à sa poursuite jusqu’au cœur du Palatinat, et ses colonnes victorieuses opérèrent leur jonction sous les murs de Kaiserslautern.

Mais, durant ces longs mois de l’invasion étrangère, Frauenberg avait été au pouvoir des avant-gardes ennemies. Les troupes étrangères avaient occupé le château de M. de Vergennes et l’avaient rendu tout à fait inhabitable.

C’est ce que constate un acte authentique contemporain ; je vais en citer un passage qui aura le double avantage de faire connaître l’état matériel des lieux et de donner une idée du style administratif de l’époque.

Le 26 vendémiaire an III, les commissaires du district de Sarreguemines procédaient à la vente des biens situés à Frauenberg, confisqués sur l’émigré Gravier de Vergennes. Aux termes du cahier des charges rédigé par le district, le premier lot comprenait « le ci-devant château dont l’entrée est absolument ruynée, ny ayant que l’aile qui donne du côté de la Blise qui subsiste et qui est dans un très mauvais état, ny ayant plus que deux appartement en assés mauvais état qu’on puisse occuper, les portes et croisées du restant ayant été brulées par les troupes qui y ont logé ».

Le château et ses dépendances, c’est-à-dire ses jardins, le logement du fermier, les granges et les bergeries, ne trouvèrent d’abord point d’amateurs et furent vendus, le III brumaire suivant, pour la somme de 12 100 livres à Mathis Calix, laboureur à Frauenberg. Le restant des biens, maison au village, moulins, terres et prés, fut divisé et adjugé en quarante-six lots à divers habitants de Frauenberg et des villages voisins.

A la même époque, on vendait également les biens que M. de Vergennes avait possédés à Sarreinsming, Rémelfing, Welferding et Woustwiller.

Ainsi finit la seigneurie de Frauenberg. Aujourd’hui les constructions modernes ont disparu presque complètement.

Du second château, il ne reste plus qu’un grand pignon percé de baies nombreuses et irrégulières. La vieille forteresse a mieux résisté à l’action du temps et à la main des hommes. Il est facile de suivre sur le sol son enceinte quadrangulaire, mais l’on ne retrouve même plus les premières assises des tours de l’est et du sud.

A l’intérieur, de petits jardins, dépendances des maisons voisines, occupent l’emplacement des cours et des corps de logis. Au milieu de l’un de ces jardins, s’ouvre une cave assez profonde : la tradition veut y voir l’entrée d’un souterrain qui descendait la montagne, passait sous la Bliese et donnait aux maîtres du château une issue mystérieuse dans la plaine de Habkirchen.

A l’ouest de l’enceinte, le grand donjon circulaire se lézarde et s’écroule chaque jour davantage malgré l’épaisseur et la solidité de sa maçonnerie. Un admirable lierre, vieux de bien des siècles, en tapissait jadis toute la face méridionale, et ses branches énormes, s’accrochant à toutes les saillies de la pierre, couvraient la vieille ruine d’un splendide manteau de verdure. Depuis peu d’années, ce lierre a péri, et l’œil contemple avec surprise l’immense développement de ses rameaux desséchés.

Au milieu de cette décadence générale, la grande tour du nord reste seule debout, solide et presqu’intacte, bien que découronnée. Seule, elle domine encore le paysage, et sa haute silhouette est, pour les populations indifférentes, l’unique souvenir des nobles seigneurs qu’elle a défendus pendant des siècles, et dont le nom et l’histoire sont si profondément oubliés.

En 2011, presque 150 ans après ce récit, les ruines sont toujours là, le souvenir aussi. Faisons en sorte que dans plus d’un siècle, d’autres Lorrains puissent encore admirer ces superbes ruines !

 

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer