Les tabatières en carton verni de Sarreguemines (57)

Blason de SarregueminesTabatière en carton

Il était une fois …

Evidemment, il n’y a plus de fabriques de tabatières en Lorraine. Mais il y a quelques cent cinquante ans …

D’après un article paru dans « Le magasin pittoresque » – Année 1852

La tabatière de carton verni est en France, comme en Hanovre, en Bavière et en Oldenbourg, l’objet d’une fabrication très active.

Sarreguemines (Moselle) est le centre de cette industrie, qui fut introduite à Sarralbe en 1775, par un meunier de Nassau, et qui s’est étendue, principalement pendant ces dernières quarante années, dans les communes de Sarreguemines, Bliesbrucken , Gros-Bliederstroff , Neufgrange, Sarralbe, Velfordeng, Hornbach, Bliesgueswiller et Blieshoveigen. La première fabrique en ce genre fut établie à Sarreguemines en 1809.

En jetant les yeux sur ces petites tabatières vernies, dont le prix moyen est de 10 à 20 centimes la pièce, on est tenté de supposer, que cette fabrication et ce commerce, vu la valeur minime et la consommation naturellement très restreinte de l’objet, sont limités à un chiffre d’affaires si modique, qu’il leur ôte tout intérêt.

Il n’en est rien : l’industrie de la tabatière de carton est une de ces mille petites industries inconnues qui alimentent en tout temps notre exportation. Et, autant qu’aucune autre, elle est précieuse pour le pays, car elle est exercée dans les campagnes de la Moselle, dans le sein de familles pauvres, et en alternance avec les travaux agricoles.

On n’estime pas à moins de deux millions de tabatières, la production de l’arrondissement de Sarreguemines. Le tiers environ est exporté.

Il est impossible, du reste, de contester à la France une véritable supériorité dans cette fabrication, comme dans toutes celles où il faut de l’originalité et du goût. Brunswick, Obestein, Ensheim, Stuttgard, Offenbach, Nuremberg, étaient depuis longtemps renommés pour ce genre d’industrie. La patience et le soin des artisans allemands, leur aptitude pour le travail du cartonnage, l’habileté de pinceau des peintres de Brunswick, le bas prix de la main-d’œuvre, par suite le bon marché des produits, une clientèle assurée eu divers marchés, enfin la mode même, tout paraissait se réunir pour maintenir à l’Allemagne la production exclusive de la tabatière de carton.

Malgré tant d’avantages, les paysans de la Moselle, bien dirigés, sont arrivés à faire mieux et à aussi bas prix, et la meilleure preuve de leur succès se trouve dans l’exportation facile et avantageuse de leurs tabatières.

Les tabatières de carton de Sarreguemines attestent l’intelligence, l’habileté et le goût des fabricants. Elles sont remarquables par la correction du travail, la précision de l’ajustement des charnières en cuivre ou en carton, la délicatesse et l’élégance des incrustations en nacre, en étain ou en argenton, la netteté du vernis. Quant au bon marché, il est extraordinaire.

Alors, à quand un musée de la tabatière à Sarreguemines ?

 

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer