Henri III (1297 – 1302)

 

 

D’après la monographie « Recherches sur les monnaies des comtes et ducs de Bar »
de Louis Félicien Joseph Caignart de Saulcy – Publication 1843

Ce prince, qui avait épousé la fille d’Édouard Ier, roi d’Angleterre, se déclara pour lui dès son avènement, et le servit chaudement contre le roi de France.

En 1297, Henri envahit la Champagne, sur laquelle il élevait des prétentions contre Jeanne, femme du roi Philippe le Bel. Cette princesse marcha à sa rencontre avec Gaucher de Châtillon, connétable de Champagne. Une bataille était inévitable. Elle eut lieu à Beaulieu en Argonne, et Henri de Bar fut battu.

Il fut fait prisonnier dans le combat, et ce ne fut que le 3 juin 1300 qu’il recouvra sa liberté, en contractant avec le roi de France, un traité par lequel il consentait à lui rendre hommage pour le comté de Bar, sa châtellenie, et tout ce qu’il tenait en franc-alleu par deçà la Meuse.

De ce traité, vint la distinction établie entre le Barrois mouvant et le Barrois non mouvant. Dès que ce traité fut connu, la noblesse du Barrois protesta contre sa teneur, prétendant que le comte n’avait pas le droit d’aliéner sa souveraineté.

En 1301, aux fêtes de Pâques, Henri III s’embarqua pour aller au secours du royaume de Chypre. L’année suivante, il revenait en France, lorsqu’une maladie aiguë l’arrêta à Naples, où il mourut.

C’est en septembre 1293, qu’Henri avait épousé Bristol Aliénor, fille d’Edouard Ier, roi d’Angleterre. Il en eut son fils et successeur Édouard, et une fille, prénommée Jeanne, qui épousa le comte de Sussex.

 

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer