Nicolas (1470-1473)

 

 

D’après la monographie imprimée
« Récits lorrains. Histoire des ducs de Lorraine et de Bar » d’Ernest Mourin
Publication 1895

Le jeune fils de Jean II vivait à Paris. Bien qu’on lui eût donné le nom du patron de la Lorraine, il était encore moins Lorrain d’esprit et de coeur que son père et son grand-père. On eut grand’peine à le décider à venir à Nancy prendre possession de son duché.

Il refusa de poursuivre en Catalogue l’entreprise de son père. Il n’était pas d’humeur conquérante. Il laissa aussi aux seigneurs lorrains le soin de conduire la guerre contre Thiébault de Neufchâtel qui, à la suite de son échec d’Épinal, ravageait le pays.

Les seigneurs adoptèrent pour chef le comte de Salins et commencèrent le siège de Châtel. Mais découragés par la durée de la résistance, ils firent un accommodement, sans avoir pris les ordres du duc Nicolas et même sans mettre son nom au traité.

Plus tard, le jeune duc s’en étant plaint avec amertume devant la noblesse, Simonin des Armoises lui répondit avec la rude indépendance féodale : « Nous avons toujours combattu loyalement et franchement et baillé gaiement notre vie et courage pour messieurs nos ducs, mais sçavaient iceux chevaucher des premiers à l’ost ».

Nicolas cédant enfin aux instances, aux reproches et aux durs propos des Lorrains, se mit en route et le 7 août 1470 se présenta à la porte Notre-Dame pour faire son entrée solennelle. Noblesse, clergé, bourgeois et peuple allèrent au-devant de ce prince si longtemps réfractaire. La foule cria Noël ! L’entrée eut lieu suivant l’antique usage.

Nicolas s’étant arrêté, à cheval, à la tête de son cortège, le bailli s’avança et dit : « Monseigneur, très redouté et souverain seigneur, vous plaît-il faire le serment et devoir que vos prédécesseurs ont accoutuméde prêter et faire, de toute ancienneté, à leur nouvelle réception et à leur première entrée en cette ville de Nancy ? ». Le duc répondit : « Volontiers, ami ».

Le bailli dit ensuite : « Mon dit redouté souverain seigneur, vous jurez et promettez donc loyalement et en parole de prince, que vous garderez, maintiendrez et entretiendrez les trois États de ce duché, c’est assavoir les nobles, gens d’église, bourgeois et peuple en leurs anciennes franchises, liberté et usages qu’ils ont eus de vosdits prédécesseurs, et de ce baillerez vos lettres-patentes, ainsi que iceux vos prédécesseurs ont fait lors ? ». Le duc répondit : « Oui, vraiment ».

Et il fut alors conduit à la collégiale de Saint-Georges et, ayant racheté son cheval qui appartenait de droit aux chanoines, fut introduit dans le palais ducal.

Les Lorrains ne tinrent pas rigueur à Nicolas. De son côté, le jeune prince ravi du bon accueil de ses sujets, organisa de belles fêtes, de somptueux banquets, des réunions, des joutes et des tournois. Il fit mieux, il alla les voir chez eux et visita successivement les principales villes : Rosières, Lunéville, Saint-Dié, Raon, Bruyères, Remiremont, Arches, Épinal, Dompaire, Charmes, Châtenois, Neufchâteau, Gondreville.

Mais quelques semaines après, atteint sans doute de nostalgie, il retournait à Paris, annonçant qu’il allait préparer une expédition en Catalogne.

Louis XI ne prenait point ses plans au sérieux. Il lui promit tout ce qu’il voulut. Il s’amusa même à parler de nouveau du projet de mariage avec sa fille Anne de France, mais sans en fixer l’époque.

Nicolas se voyant joué, se plaignit très haut. Charles le Téméraire, qui avait l’oreille aux aguets, profita de son irritation et lui fit offrir la main de sa fille, Marie de Bourgogne, s’il voulait rompre son alliance avec le roi. Le Duc accepta l’ouverture avec empressement, retourna à Nancy, et communiqua la proposition à son conseil qui le pressa d’accepter.

Nicolas se rendit alors auprès du duc de Bourgogne, et le 25 mai 1472, rompant définitivement avec Louis XI, il souscrivit les termes d’une alliance offensive et défensive. Le 13 juin suivant, il échangeait avec Marie de Bourgogne une promesse de mariage.

L’alliance fut effective, car la même année, le duc de Lorraine accompagnait Charles dans cette sanglante irruption en Picardie, qui fut signalée par les incidents dramatiques de Nesle, de Beauvais et de Rouen.

Rentré en Lorraine, il fit mine de reprendre ses projets d’expédition en Catalogne et demanda une aide aux États. Lorsqu’il eut l’argent, il n’en parla plus, mais se donna tout entier à une autre entreprise.

Comme son grand-père René Ier, il sentait combien il serait utile à la Lorraine de s’annexer la puissante et riche ville de Metz. Il n’avait pas de motifs sérieux pour lui faire la guerre. Il se borna à se plaindre de propos satiriques et injurieux tenus sur son compte par les bourgeois. Puis il s’avança avec une grosse armée.

Un capitaine d’aventure faillit surprendre la cité au moyen d’un stratagème, mais les vaillants Messins repoussèrent l’attaque. Nicolas recula, mais pour aller rassembler de nouvelles forces. Vers le milieu de juin 1473, il avait réuni plus de vingt mille hommes et se disposait à se remettre en campagne, lorsqu’il fut pris d’un malaise qui s’aggrava rapidement et l’emporta en quelques jours. Il n’avait que 25 ans.

On crut généralement qu’il avait été enherbé, c’est-à-dire empoisonné avec des plantes vénéneuses. Qui avait commis le crime ? Bien des gens dirent tout haut, mais sans preuve, que Louis XI avait voulu punir la défection du Duc et son alliance avec le Téméraire.

 

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer