Jean II, dit Jean de Calabre (1453-1470)

 

D’après la monographie imprimée
« Récits lorrains. Histoire des ducs de Lorraine et de Bar » d’Ernest Mourin
Publication 1895

Jean administrait les deux duchés au nom de son père depuis huit ans. Il fit son entrée solennelle à Nancy, comme duc de Lorraine, le 22 mai 1453. Il n’avait pas encore tout à fait trente ans.

C’est quelques jours après, le 29 mai 1453, que s’écroula avec un immense retentissement, sous les coups de Mahomet II, l’empire d’Orient. Cette date ferme pour l’Europe la période historique dite du moyen âge. Un des derniers et l’un des plus brillants représentants de cet âge de transition fut le duc Jean II.

Il était un admirable chevalier, de haute stature, d’une physionomie sympathique, un caractère hardi, franc et loyal. Il résumait en lui les traits de plusieurs races, car par sa mère Isabelle, il était « Lorraine », et par son père, il était « France, Anjou, Provence et Italie ». C’était avant tout un aventureux, un vrai héros de chanson de geste, trop à l’étroit entre les Vosges et la Meuse et s’échappant sans cesse de ses États pour courir des chimères.

Dès 1455, appelé en Italie par le duc de Milan et la république de Toscane, il faisait une expédition contre Alphonse d’Aragon, rejetait ce prince sur Naples et sauvait la liberté de la péninsule. Les Florentins émerveillés de cette triomphante campagne lui firent don de 70 000 florins d’or.

Il avait emmené avec lui au delà des Alpes deux cents gentilshommes lorrains. Ils revinrent ensemble célébrer leurs faits d’armes dans des fêtes prolongées.

Il aimait Nancy et prit soin de l’agrandir. C’est lui qui fit bâtir la porte Notre-Dame, aujourd’hui de la Craffe (1463).

Mais, en 1459, il est déjà reparti pour l’Italie. Les circonstances sont favorables. Le roi Alphonse est mort, ne laissant d’autre héritier que son bâtard Ferdinand. Les populations accueillent avec enthousiasme le fils de René, qui est toujours pour eux Jean de Calabre. Les soldats inscrivent sur leurs bannières les mots de l’évangile : Fuit homo missus a Deo, cui nomen Johannes. Il s’avance entouré des plus braves gentilshommes de Lorraine, d’Anjou et de Provence.

D’éclatants succès fortifient ses espérances. Ferdinand, battu plusieurs fois, va succomber. Mais l’Aragonais a gagné à sa cause le pape Pie II qui redoute les Français, et qui appelle contre Jean, le fameux Georges Castriota ou Scanderbeg. Le héros lorrain épuisé par ses victoires mêmes, ne recevant pas de renfort, est obligé de suspendre la lutte et revient dans son duché en 1461.

La même année, au 15 août, il assistait au sacre du nouveau roi, Louis XI son cousin. Il l’accompagna à Paris, l’entretint de ses nouveaux projets sur Naples et lui demanda des secours. Louis XI, on le sait, n’avait pas l’esprit chimérique. Il se contenta de répondre : « J’aviserai ». Les États de Lorraine furent plus facilement entraînés. Ils votèrent une aide de 100 000 livres. Jean ayant emprunté d’autres sommes, et pris en passant en Provence l’avis de son père qui, malgré l’âge venant, n’était guère plus sage, il reparut de nouveau en Italie (1462). Cette tentative ne fut pas plus heureuse que les précédentes, mais ne dissipa point son rêve qui devait rester, pendant plus de cent ans, comme une obsession magique, dans l’héritage de la maison d’Anjou.

Les chroniqueurs racontent ici une anecdote, dont on voudrait bien ne pas douter parce qu’elle concorde avec le tempérament audacieux et romanesque de Jean de Calabre. Il aurait formé le dessein d’aller lui-même, sous un déguisement, enlever son rival Ferdinand au milieu de sa cour. Quinze gentilshommes travestis en moines partent avec lui de la Provence, arrivent à Naples, sont reçus avec honneur et dévotion au palais. Ferdinand est déjà entouré et va être pris, lorsqu’on reconnaît le duc de Lorraine. Les quinze moines s’échappent, prennent le large et, comme ils avaient de bons chevaux, sont bientôt hors d’atteinte. On ajoute que Louis XI avait secrètement averti Ferdinand.

Avant de reprendre ses tentatives sur Naples, Jean II s’occupa des affaires de France. Il prit part à la Ligue du bien public et, malgré une lettre pressante de son père, resté fidèle à Louis XI, il se joignit au comte de Charolais.

L’historien Commines vante sa petite troupe composée surtout de soldats italiens « exercités en fait de guerre » et le duc lui-même « grand chief de guerre comme nul aultre ». Après la bataille de Montlhéry et le siège de Paris, il figura dans cette convention, de Saint-Maur où « le roi fut mis au pillage » (1465).

Comme chacun « emportait sa pièce », il obtint du roi sa renonciation à la suzeraineté sur les villes ou bourgs de Neufchâteau, Châtenois, Frouard, Montfort et Passavant. Louis XI lui donna en outre le gouvernement de la châtellenie de Vaucouleurs avec une pension de 24 000 livres, lui promit 200 000 écus d’or, 500 lances et 8 000 archers pour l’aider à conquérir Naples et enfin, pour le combler, engagea la main de sa fille au marquis de Pont, fils du duc. La princesse avait deux ans et devint plus tard Anne de Beaujeu.

Louis XI paraissait se désintéresser tout à fait de la Lorraine. Il se désista de tous ses droits sur la ville d’Épinal, qui vingt ans auparavant s’était donnée à la France pour échapper à l’évêque de Metz, et désigna comme souverain, Thiébault de Neufchâtel, maréchal de Bourgogne et déjà propriétaire de plusieurs domaines en Lorraine. Les habitants refusèrent ce nouveau maître, alléguant que Charles VII avait juré « qu’ils ne seraient jamais mis hors de sa sainte couronne ». Thiébault de Neufchâtel vint les assiéger. Ils résistèrent vaillamment, et le roi enfin touché de leurs instances, sans vouloir les reprendre, les laissa libres de se choisir un seigneur à leur convenance. Ils choisirent le duc de Lorraine (juillet 1466).

Jean II termina sa courte carrière dans une dernière chevauchée. Les Catalans s’étaient révoltés contre le roi d’Aragon, don Juan II. Ils s’offrirent au roi René qui, s’estimant trop vieux pour se remettre en campagne, proposa son fils à sa place. L’échange accepté, Jean franchit les Pyrénées vers la fin de l’année 1468. Plus heureux qu’en Italie, il obtint des succès qu’il sut maintenir, devint maître de toute la Catalogne, et il se disposait à envahir l’Aragon, lorsqu’il fut brusquement arrêté par une maladie mystérieuse qui fit croire au poison, et enlevé à l’âge de 46 ans (13 décembre 1470). 

 

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer