Nicolas (1470-1473)

 

 

D’après la monographie imprimée
« Récits lorrains. Histoire des ducs de Lorraine et de Bar » d’Ernest Mourin
Publication 1895

Le jeune fils de Jean II vivait à Paris. Bien qu’on lui eût donné le nom du patron de la Lorraine, il était encore moins Lorrain d’esprit et de coeur que son père et son grand-père. On eut grand’peine à le décider à venir à Nancy prendre possession de son duché.

Il refusa de poursuivre en Catalogue l’entreprise de son père. Il n’était pas d’humeur conquérante. Il laissa aussi aux seigneurs lorrains le soin de conduire la guerre contre Thiébault de Neufchâtel qui, à la suite de son échec d’Épinal, ravageait le pays.

Les seigneurs adoptèrent pour chef le comte de Salins et commencèrent le siège de Châtel. Mais découragés par la durée de la résistance, ils firent un accommodement, sans avoir pris les ordres du duc Nicolas et même sans mettre son nom au traité.

Plus tard, le jeune duc s’en étant plaint avec amertume devant la noblesse, Simonin des Armoises lui répondit avec la rude indépendance féodale : « Nous avons toujours combattu loyalement et franchement et baillé gaiement notre vie et courage pour messieurs nos ducs, mais sçavaient iceux chevaucher des premiers à l’ost ».

Nicolas cédant enfin aux instances, aux reproches et aux durs propos des Lorrains, se mit en route et le 7 août 1470 se présenta à la porte Notre-Dame pour faire son entrée solennelle. Noblesse, clergé, bourgeois et peuple allèrent au-devant de ce prince si longtemps réfractaire. La foule cria Noël ! L’entrée eut lieu suivant l’antique usage.

Nicolas s’étant arrêté, à cheval, à la tête de son cortège, le bailli s’avança et dit : « Monseigneur, très redouté et souverain seigneur, vous plaît-il faire le serment et devoir que vos prédécesseurs ont accoutuméde prêter et faire, de toute ancienneté, à leur nouvelle réception et à leur première entrée en cette ville de Nancy ? ». Le duc répondit : « Volontiers, ami ».

Le bailli dit ensuite : « Mon dit redouté souverain seigneur, vous jurez et promettez donc loyalement et en parole de prince, que vous garderez, maintiendrez et entretiendrez les trois États de ce duché, c’est assavoir les nobles, gens d’église, bourgeois et peuple en leurs anciennes franchises, liberté et usages qu’ils ont eus de vosdits prédécesseurs, et de ce baillerez vos lettres-patentes, ainsi que iceux vos prédécesseurs ont fait lors ? ». Le duc répondit : « Oui, vraiment ».

Et il fut alors conduit à la collégiale de Saint-Georges et, ayant racheté son cheval qui appartenait de droit aux chanoines, fut introduit dans le palais ducal.

Les Lorrains ne tinrent pas rigueur à Nicolas. De son côté, le jeune prince ravi du bon accueil de ses sujets, organisa de belles fêtes, de somptueux banquets, des réunions, des joutes et des tournois. Il fit mieux, il alla les voir chez eux et visita successivement les principales villes : Rosières, Lunéville, Saint-Dié, Raon, Bruyères, Remiremont, Arches, Épinal, Dompaire, Charmes, Châtenois, Neufchâteau, Gondreville.

Mais quelques semaines après, atteint sans doute de nostalgie, il retournait à Paris, annonçant qu’il allait préparer une expédition en Catalogne.

Louis XI ne prenait point ses plans au sérieux. Il lui promit tout ce qu’il voulut. Il s’amusa même à parler de nouveau du projet de mariage avec sa fille Anne de France, mais sans en fixer l’époque.

Nicolas se voyant joué, se plaignit très haut. Charles le Téméraire, qui avait l’oreille aux aguets, profita de son irritation et lui fit offrir la main de sa fille, Marie de Bourgogne, s’il voulait rompre son alliance avec le roi. Le Duc accepta l’ouverture avec empressement, retourna à Nancy, et communiqua la proposition à son conseil qui le pressa d’accepter.

Nicolas se rendit alors auprès du duc de Bourgogne, et le 25 mai 1472, rompant définitivement avec Louis XI, il souscrivit les termes d’une alliance offensive et défensive. Le 13 juin suivant, il échangeait avec Marie de Bourgogne une promesse de mariage.

L’alliance fut effective, car la même année, le duc de Lorraine accompagnait Charles dans cette sanglante irruption en Picardie, qui fut signalée par les incidents dramatiques de Nesle, de Beauvais et de Rouen.

Rentré en Lorraine, il fit mine de reprendre ses projets d’expédition en Catalogne et demanda une aide aux États. Lorsqu’il eut l’argent, il n’en parla plus, mais se donna tout entier à une autre entreprise.

Comme son grand-père René Ier, il sentait combien il serait utile à la Lorraine de s’annexer la puissante et riche ville de Metz. Il n’avait pas de motifs sérieux pour lui faire la guerre. Il se borna à se plaindre de propos satiriques et injurieux tenus sur son compte par les bourgeois. Puis il s’avança avec une grosse armée.

Un capitaine d’aventure faillit surprendre la cité au moyen d’un stratagème, mais les vaillants Messins repoussèrent l’attaque. Nicolas recula, mais pour aller rassembler de nouvelles forces. Vers le milieu de juin 1473, il avait réuni plus de vingt mille hommes et se disposait à se remettre en campagne, lorsqu’il fut pris d’un malaise qui s’aggrava rapidement et l’emporta en quelques jours. Il n’avait que 25 ans.

On crut généralement qu’il avait été enherbé, c’est-à-dire empoisonné avec des plantes vénéneuses. Qui avait commis le crime ? Bien des gens dirent tout haut, mais sans preuve, que Louis XI avait voulu punir la défection du Duc et son alliance avec le Téméraire.


Archive pour 30 octobre, 2010

Jean II, dit Jean de Calabre (1453-1470)

 

D’après la monographie imprimée
« Récits lorrains. Histoire des ducs de Lorraine et de Bar » d’Ernest Mourin
Publication 1895

Jean administrait les deux duchés au nom de son père depuis huit ans. Il fit son entrée solennelle à Nancy, comme duc de Lorraine, le 22 mai 1453. Il n’avait pas encore tout à fait trente ans.

C’est quelques jours après, le 29 mai 1453, que s’écroula avec un immense retentissement, sous les coups de Mahomet II, l’empire d’Orient. Cette date ferme pour l’Europe la période historique dite du moyen âge. Un des derniers et l’un des plus brillants représentants de cet âge de transition fut le duc Jean II.

Il était un admirable chevalier, de haute stature, d’une physionomie sympathique, un caractère hardi, franc et loyal. Il résumait en lui les traits de plusieurs races, car par sa mère Isabelle, il était « Lorraine », et par son père, il était « France, Anjou, Provence et Italie ». C’était avant tout un aventureux, un vrai héros de chanson de geste, trop à l’étroit entre les Vosges et la Meuse et s’échappant sans cesse de ses États pour courir des chimères.

Dès 1455, appelé en Italie par le duc de Milan et la république de Toscane, il faisait une expédition contre Alphonse d’Aragon, rejetait ce prince sur Naples et sauvait la liberté de la péninsule. Les Florentins émerveillés de cette triomphante campagne lui firent don de 70 000 florins d’or.

Il avait emmené avec lui au delà des Alpes deux cents gentilshommes lorrains. Ils revinrent ensemble célébrer leurs faits d’armes dans des fêtes prolongées.

Il aimait Nancy et prit soin de l’agrandir. C’est lui qui fit bâtir la porte Notre-Dame, aujourd’hui de la Craffe (1463).

Mais, en 1459, il est déjà reparti pour l’Italie. Les circonstances sont favorables. Le roi Alphonse est mort, ne laissant d’autre héritier que son bâtard Ferdinand. Les populations accueillent avec enthousiasme le fils de René, qui est toujours pour eux Jean de Calabre. Les soldats inscrivent sur leurs bannières les mots de l’évangile : Fuit homo missus a Deo, cui nomen Johannes. Il s’avance entouré des plus braves gentilshommes de Lorraine, d’Anjou et de Provence.

D’éclatants succès fortifient ses espérances. Ferdinand, battu plusieurs fois, va succomber. Mais l’Aragonais a gagné à sa cause le pape Pie II qui redoute les Français, et qui appelle contre Jean, le fameux Georges Castriota ou Scanderbeg. Le héros lorrain épuisé par ses victoires mêmes, ne recevant pas de renfort, est obligé de suspendre la lutte et revient dans son duché en 1461.

La même année, au 15 août, il assistait au sacre du nouveau roi, Louis XI son cousin. Il l’accompagna à Paris, l’entretint de ses nouveaux projets sur Naples et lui demanda des secours. Louis XI, on le sait, n’avait pas l’esprit chimérique. Il se contenta de répondre : « J’aviserai ». Les États de Lorraine furent plus facilement entraînés. Ils votèrent une aide de 100 000 livres. Jean ayant emprunté d’autres sommes, et pris en passant en Provence l’avis de son père qui, malgré l’âge venant, n’était guère plus sage, il reparut de nouveau en Italie (1462). Cette tentative ne fut pas plus heureuse que les précédentes, mais ne dissipa point son rêve qui devait rester, pendant plus de cent ans, comme une obsession magique, dans l’héritage de la maison d’Anjou.

Les chroniqueurs racontent ici une anecdote, dont on voudrait bien ne pas douter parce qu’elle concorde avec le tempérament audacieux et romanesque de Jean de Calabre. Il aurait formé le dessein d’aller lui-même, sous un déguisement, enlever son rival Ferdinand au milieu de sa cour. Quinze gentilshommes travestis en moines partent avec lui de la Provence, arrivent à Naples, sont reçus avec honneur et dévotion au palais. Ferdinand est déjà entouré et va être pris, lorsqu’on reconnaît le duc de Lorraine. Les quinze moines s’échappent, prennent le large et, comme ils avaient de bons chevaux, sont bientôt hors d’atteinte. On ajoute que Louis XI avait secrètement averti Ferdinand.

Avant de reprendre ses tentatives sur Naples, Jean II s’occupa des affaires de France. Il prit part à la Ligue du bien public et, malgré une lettre pressante de son père, resté fidèle à Louis XI, il se joignit au comte de Charolais.

L’historien Commines vante sa petite troupe composée surtout de soldats italiens « exercités en fait de guerre » et le duc lui-même « grand chief de guerre comme nul aultre ». Après la bataille de Montlhéry et le siège de Paris, il figura dans cette convention, de Saint-Maur où « le roi fut mis au pillage » (1465).

Comme chacun « emportait sa pièce », il obtint du roi sa renonciation à la suzeraineté sur les villes ou bourgs de Neufchâteau, Châtenois, Frouard, Montfort et Passavant. Louis XI lui donna en outre le gouvernement de la châtellenie de Vaucouleurs avec une pension de 24 000 livres, lui promit 200 000 écus d’or, 500 lances et 8 000 archers pour l’aider à conquérir Naples et enfin, pour le combler, engagea la main de sa fille au marquis de Pont, fils du duc. La princesse avait deux ans et devint plus tard Anne de Beaujeu.

Louis XI paraissait se désintéresser tout à fait de la Lorraine. Il se désista de tous ses droits sur la ville d’Épinal, qui vingt ans auparavant s’était donnée à la France pour échapper à l’évêque de Metz, et désigna comme souverain, Thiébault de Neufchâtel, maréchal de Bourgogne et déjà propriétaire de plusieurs domaines en Lorraine. Les habitants refusèrent ce nouveau maître, alléguant que Charles VII avait juré « qu’ils ne seraient jamais mis hors de sa sainte couronne ». Thiébault de Neufchâtel vint les assiéger. Ils résistèrent vaillamment, et le roi enfin touché de leurs instances, sans vouloir les reprendre, les laissa libres de se choisir un seigneur à leur convenance. Ils choisirent le duc de Lorraine (juillet 1466).

Jean II termina sa courte carrière dans une dernière chevauchée. Les Catalans s’étaient révoltés contre le roi d’Aragon, don Juan II. Ils s’offrirent au roi René qui, s’estimant trop vieux pour se remettre en campagne, proposa son fils à sa place. L’échange accepté, Jean franchit les Pyrénées vers la fin de l’année 1468. Plus heureux qu’en Italie, il obtint des succès qu’il sut maintenir, devint maître de toute la Catalogne, et il se disposait à envahir l’Aragon, lorsqu’il fut brusquement arrêté par une maladie mystérieuse qui fit croire au poison, et enlevé à l’âge de 46 ans (13 décembre 1470). 

clomiphenefr |
allopurinolfr |
Parler l'anglais en Martinique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Boite qui Mijote
| NON A LA MONARCHIE AU SENEG...
| Alain Daumer